in

L’acteur Riz Ahmed en a assez des rôles de “terroriste” que lui propose Hollywood

Riz Ahmed, 34 ans, un célèbre acteur et rappeur britannique de confession musulmane, a jeté un gros pavé dans la mare du septième art en exprimant publiquement son refus d’être cantonné dans l’éternel rôle du méchant « islamiste ou terroriste ».

Pas question pour cet artiste complet, d’origine pakistanaise, de se laisser enfermer dans des personnages aussi stéréotypés que maléfiques par le manque cruel d’imagination de la machine hollywoodienne à fabriquer des rêves ou, en l’occurrence, des cauchemars standardisés.

Riz Ahmed, alias Rizwan Ahmed dans la vraie vie, connu pour avoir joué entre autres dans « The Road to Guantanamo » et pour avoir prêté ses traits à Nasir Khan, le protagoniste de la série « The Night Of » de HBO,  en a assez des castings qui ne voient en lui qu’un « terroriste » au couteau entre les dents et l’a fait savoir sans mots couverts dans un entretien accordé à The Hollywood Reporter.

« Je préfère faire un trait sur ma carrière américaine plutôt que d’accepter d’endosser les seuls rôles qu’Hollywood me propose », a lâché avec la franchise qui le caractérise celui qui se fait l’ardent avocat de la diversité au cinéma, notamment chez lui, près des rives de la Tamise. En effet, en mars dernier, lors d’une allocution solennelle prononcée devant les Lords britanniques, il avait alerté sur l’impérieuse nécessité de projeter sur grand écran des histoires plus représentatives de la pluralité du royaume pour mieux lutter contre l’idéologie mortifère de Daech.

Profitant de cette interview pour valoriser son engagement artistique en faveur de thématiques liées à l’islamophobie ou à la guerre contre la terreur, Riz Ahmed s’honore assurément à jouer les empêcheurs de diaboliser les musulmans en rond à Hollywood.

Un rôle qui lui va comme un gant et lui a immédiatement valu une pluie d’éloges sur Twitter, à défaut d’être oscarisé sur une scène où le cynisme scintille de mille feux.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il en a assez de jouer le rôle de terroristes arabes mais si cet arabe était doté de foi il n’aurait jamais accepté de se mettre au service d’une entreprise communautaire qui a fait de l’islamophobie et de la haine des arabes une spécialité maison. C’est trop facile de ramasser l’oseille pendant des années en acceptant de cracher sur les siens et puis un beau matin se réveiller et avoir des problèmes de conscience. Mais bon mieux vaut tard que jamais comme dit le dicton. Cet acteur n’en demeure pas moins un minable car jamais un arabe digne de ce nom n’accepterait de jouer dans des films de propagande ayant pour objectif de criminaliser le monde musulman pour légitimer la destruction de leur pays au profit d’un certain régime au Moyen-Orient qui pratique l’apartheid et le nettoyage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ramadan, prince de l’exil

 « Le capitalisme : Un génocide structurel », un livre du journaliste Garry Leech