in

Une jeune fille portant un foulard agressée par deux individus en blousons noirs à coups de poings et pieds

La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie a publié un communiqué hier condamnant « avec fermeté et colère l’agression islamophobe et ignoble qui vient de se dérouler sur la commune d’Argenteuil en Région Parisienne. »

Le 20 mai 2013, entre 20h30 et 21h, Rabia B., jeune fille de confession musulmane portant le foulard, a été agressée et frappée par deux individus en blousons noirs à coups de poings et pieds. Traitée de « sale arabe » et de « sale musulmane », ses agresseurs lui arrachèrent son foulard.

"Choquée et traumatisée, la victime de 17 ans, préféra se murer dans le silence et ne pas parler de son agression de peur de représailles mais ses proches l’ont convaincue de déposer plainte et de parler de son agression, mais aussi de celle de son amie Nadia C. attaquée à coups de cutter dans la même commune, quelques mois plus tôt, avec aucun résultat et aucune arrestation, comme dans la plupart des agressions et profanations islamophobes. 

Etonnamment, la police n’a pas jugé utile de prendre des photos des traces de coups et d’hématomes sur le visage et le corps de la plaignante.

Plus grave, la Municipalité d’Argenteuil a dépêché des émissaires pour dissuader la famille de parler de cet acte ignoble, prétextant le risque d’émeutes en banlieue. Ni la Mairie, ni la Police n’ont accepté de visionner les images de vidéo surveillance, qui selon eux seraient floues et inexploitables ! Nous avons chargé notre avocat Maître Maati d’assister la famille et de faire notamment la lumière sur ces vidéos soi-disant inexploitables. »

La Coordination contre le Racisme et l’Islamophobie conclut son communiqué en exigeant "des pouvoirs publics et particulièrement des ministres de l’Intérieur et de la Justice de tout mettre en œuvre afin que les coupables soient retrouvés au plus tôt et traduits en justice."

**********

Droit de réponse de la Municipalité d'Argenteuil – la ville porte plainte pour diffamation

La municipalité d’Argenteuil exprime sa révolte à la lecture des rumeurs colportées par la « Coordination contre le racisme et l’islamophobie » (sic). Elle porte plainte pour diffamation contre cette dernière. Dans notre société, la violence – « l’utilisation de force physique ou psychologique pour contraindre, dominer, causer des dommages ou la mort » – n’est jamais, vraiment jamais, acceptable.

Quand un acte violent se produit, les services municipaux se préoccupent des victimes et les soutiennent pour les aider à surmonter leur traumatisme.

Dans le même temps, ils apportent leur concours, dans le cadre de leurs compétences légales, aux services de la Police nationale et de justice républicaine.

Ceci pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances et les auteurs de l’acte violent et afin que ces derniers soient arrêtés, jugés et condamnés. Partout et toujours, le vivre ensemble est menacé par l’intolérance, les rumeurs et, bien sûr, la violence. La Municipalité a fait sien le combat contre ces fléaux et continuera à cultiver le vivre ensemble à Argenteuil dans le cadre de l’Etat républicain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pas de bikini pour l’élection de Miss Monde en Indonésie !

Grande-Bretagne : les musulmans exigent une protection contre les violences de l’extrême-droite