in

Pas de bikini pour l’élection de Miss Monde en Indonésie !

Sur le podium à la gloire du culte de la beauté standardisée, l’effeuillage des 137 Miss, en lice pour la consécration mondiale et un diadème très convoité, ne sera pas un passage obligé sur lequel tous les projecteurs seront braqués, et pour cause ! Exit le défilé rituel en bikini, le prochain concours de Miss Monde se déroulera en septembre dans l’île enchanteresse de Bali et dans la ville de Jakarta, en Indonésie.

La tenue d’un tel événement, qui est aux antipodes des valeurs musulmanes, au cœur du plus grand pays musulman du monde a de quoi surprendre, tant du côté indonésien qui a souhaité l’organiser, et ce même si les répercussions sont planétaires, que du côté occidental qui en a accepté l’augure et les exigences.

Toujours est-il que l'épineuse question du maillot de bain n’a souffert aucun débat et a même été vite tranchée avec l’assentiment respectueux de Julia Morley, la présidente de l’organisation de Miss Monde, qui n’a vu aucune objection à déroger à la règle du dénudement ultra-médiatique au profit d’un enveloppement dans des vêtements plus traditionnels, tels que des sarongs par exemple, considéré comme un bon compromis. "Je ne veux choquer aucun Indonésien", a insisté Julia Morley en  conférence de presse à Londres.

Alors que se profile la date du grand soir, le 28 septembre, et que 120 créateurs indonésiens s’attellent à la confection des habits pittoresques revêtus par les reines de beauté d’un jour, reléguant le bikini au placard, des voix tonnent pour exprimer leur plus vive désapprobation, dont celle du Conseil des oulémas d’Indonésie qui appelle à l’annulation du concours.

Accusé de « promouvoir l’hédonisme, le matérialisme et le consumérisme », tout en dénonçant l’influence néfaste des postulantes au titre suprême sur la jeunesse musulmane, le sacre de Miss Monde est habillé pour l’hiver par les dignitaires religieux indonésiens. C’est là le comble de l’ironie pour une compétition qui a bâti sa légende sur son clou du spectacle très déshabillé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les prédateurs des mosquées

Une jeune fille portant un foulard agressée par deux individus en blousons noirs à coups de poings et pieds