in

Une étudiante américaine, noire, musulmane et voilée devient l’égérie de son Université

La nouvelle Ms Rutgers 2015 de l’Université du même nom, à Newark, dans le New Jersey, est pour la première fois noire, musulmane et voilée, et a le sourire radieux de Halima Mahmoud, une étudiante prometteuse de 22 ans qui a fait sensation dans ce grand concours annuel, tout de blanc vêtue comme l’imposait le thème de l’événement.

Après avoir longtemps hésité à sauter le pas pour prétendre à ce titre académique honorifique, pleinement consciente que sa présence créerait l’événement et l’exposerait à toutes les critiques, positives comme négatives, Halima Mahmoud, connue pour son franc-parler, son activisme social et son dévouement sans compter au service d'œuvres caritatives, s’est finalement dit : pourquoi pas moi ?

Comme un défi crucial qu’elle se lançait à elle-même, animée par la motivation d’incarner cette diversité si visible sur le campus universitaire et dont se targue la direction de l’Université Rutgers, la jeune femme, riche de ses doubles origines ghanéenne et togolaise, a éclipsé ses cinq rivales devant un jury composé de professeurs émérites, séduits par sa personnalité et son élégance dans sa robe de dentelle blanche.

"Je parais sûre de moi, mais je n’ai pas toujours eu une telle confiance en moi. Elle s’est construite et renforcée au fil de mes études, ici, au sein de l’Université Rutgers", a-t-elle confié, quelques instants après un couronnement qui l’a remplie d’une joie profonde et qu’elle a aussitôt dédié à ses coreligionnaires et amies voilées du campus.

Pour Tricia Defreitas, présidente de cette grande opération, qui se réjouit de la victoire amplement méritée de Halima Mahmoud " Son titre, qui constitue une première, va envoyer un message très positif au corps étudiant. Il témoigne véritablement de la diversité de notre campus qui fait notre fierté", a-t-elle insisté.

"Je l'ai fait certes pour moi, mais d'abord et avant tout pour mes sœurs musulmanes. Nous avons tendance à nous limiter à certains cercles ou à certaines activités parce que la société nous a convaincues que nous n’étions pas capables d’aller de l’avant, de relever des challenges, de dépasser nos propres limites, d’affronter les regards pour qu’ils changent envers nous", a expliqué avec une ardeur renouvelée celle qui porte bien et avec fière allure son diadème.

"Je ne vais pas dire que tout est possible", a-t-elle renchéri en faisant montre d'une grande lucidité. "Il nous faut être persévérantes et déterminées. Soyez vous-mêmes, ne reniez pas votre identité ou ce que vous êtes profondément. Nous pouvons faire ensemble évoluer les mentalités", a appelé de ses vœux Halima Mahmoud, une Ms Rutgers entrée doublement dans les annales académiques, à la fois en égérie emblématique de son université et militante communautaire dans l’âme.

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour Jean-Christophe Lagarde, N. Morano est « une porte-parole du Ku Klux Klan » (vidéo)

Un guide pratique à l’usage des femmes qui portent le voile au travail