in

Un petit américain de 5 ans, d’origine iranienne, arrêté à Dallas, car susceptible “de représenter une menace pour les Etats-Unis”

Un bambin américain de 5 ans arrêté et menotté dans un grand aéroport international, parce que d’origine iranienne, puis libéré au bout de 4 longues heures d’une rare inhumanité, au mépris des droits de l’enfant, sans que les autorités du pays concerné, prétendument civilisé, ne s’en émeuvent, on jurerait une descente aux enfers dans la quatrième dimension, mais ce ne sont là que les prémices effrayantes de la tyrannie 100% made in America…

La scène, aussi surréaliste que révoltante, s’est en effet passée de l’autre côté de l’Atlantique, là où le fameux rêve américain est en train de virer au cauchemar, au cœur de cet eldorado présenté comme un parangon de démocratie qui amorce un dangereux virage, à droite toute, vers l’autocratie, sur le sol de la première puissance mondiale devenu le terrain de jeu d’un dictateur en puissance : Donald Trump.

Interrogé sur ce grave incident survenu à Dallas, Sean Spicer, la voix de son maître à la Maison Blanche, a fait preuve d’une froideur glaciale en conférence de presse, ne déplorant aucun excès de zèle hautement condamnable, mais martelant au contraire que la « mesure était tout à fait justifiée ». C’est sans sourciller qu’il a ajouté : « Le fait que l'on suppose qu'une personne ne constitue pas en soi une menace du fait de son âge ou de son sexe est un jugement trompeur et erroné ».

En d’autres termes, dans l’Amérique de Trump guettée par la camisole de force, un bout de chou, haut comme trois pommes, peut désormais représenter une menace pour la sécurité du pays… Cette folie furieuse prêterait assurément à sourire, si elle n’était révélatrice du régime autoritaire qui prend actuellement ses quartiers et ses marques à Washington.

Filmé en train de se jeter dans les bras de sa mère, après avoir recouvré une liberté qui lui a été honteusement volée, le sort du petit garçon, victime du décret sur l’immigration anti-musulmans appliqué à la lettre jusqu’à l’absurde, a ému les médias du monde entier.

Parmi les parlementaires qui ont été outrés par cette dérive autoritaire inacceptable, Chris Van Hollen, un sénateur démocrate du Maryland, s’est insurgé contre une interpellation « horrible et cruelle » qui a traumatisé un jeune citoyen américain, né de surcroît dans son Etat, dont la maman est originaire d’Iran.

Une maman qui ressort d’autant plus éprouvée de cette arrestation impensable qu’elle avait pris soin de prévenir, bien en amont, les responsables de la sécurité de l’aéroport de l’arrivée de son fils avec une autre famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Texas : la communauté juive remet les clés de sa synagogue aux musulmans dont la mosquée a été incendiée

Paris : un homme, armé d’une machette, attaque des militaires