in

Un Palestinien passé à tabac puis kidnappé, pour avoir voulu protéger ses enfants… (vidéo)

Cette vidéo montrent comment  vendredi dernier, des soldats israéliens ont frappé brutalement et injurié grossièrement un Palestinien près du camp de réfugiés de Jalazone près de Ramallah en Cisjordanie occupée.
 
Cette vidéo a été diffusée par la Palestine Public Broadcasting Corporation et a été partagée largement sur les médias sociaux.
 
 
 
Selon al-Jazeera, la victime de l’attaque, Shadi Al-Ghobashi, était sorti de sa maison du camp de réfugiés pour dire aux soldats de cesser de tirer des grenades de gaz lacrymogène et de causer ainsi des souffrances à sa famille, y compris à ses enfants.
 
Les forces d’occupation employaient, semble-t-il, le gaz lacrymogène pour stopper une manifestation de jeunes Palestiniens contre le vol de terre par les Israéliens dans le secteur.
 
Coups et injures obscènes
 
Les images montrent trois soldats israéliens bousculant al-Ghobashi alors que celui-ci leur parle. L’un d’entre eux le frappe avec son fusil. Al-Ghobashi, sans crainte, lève ses bras pour se défendre. Les soldats commencent à le secouer et lui crient des obscénités en arabe et hébreu.
 
Un soldat lui donne alors des coups de pied. La situation semble se calmer momentanément, mais un des soldats soudainement poursuit Al-Ghobashi, le poussant et lui criant encore plus d’obscénités. Al-Ghobashi lève ses bras pour se protéger.
 
Les soldats lui crient à plusieurs reprises : « ta gueule » et « ne touche personne. »
 
« Un plus de mot et nous baiserons ta mère, » crie un des soldats.
 
Al-Ghobashi s’éloigne et ce pourrait avoir été la fin de l’altercation. Mais les soldats lui courent après, continuant à crier : « fils d’une putain. »
 
Ces dernières paroles irritent Al-Ghobashi qui fait alors volte-face et secoue son doigt en répondant : « c’est vous les fils d’une putain, vous comprenez ? »
 
La vidéo montre alors pas moins de six soldats donnant des coups de pied et frappant l’homme, même après qu’il soit tombé au sol et ait commencé à saigner. Un soldat le frappe à la tête avec un fusil.
 
Pendant qu’ils s’attaquent à al-Ghobashi et le menottent, le bruit des grenades ou des tirs de gaz lacrymogène peut être entendu à l’arrière-plan. Puis la vidéo montre les soldats emmenant al-Ghobashi.
 
Unité militaire religieuse
 
Certains des auteurs de l’attaque ont leurs visages couverts. L’un d’entre eux appelle plusieurs fois un autre par son prénom Menachem.
 
Les attaquants semblent également se rendre compte que leurs violences sont enregistrées. Tandis qu’une demi-douzaine de soldats attaquent al-Ghobashi, une voix peut être entendue qui crie en Hébreu, « Il y a des soldats, il y a des soldats ! Chassez les photographes ! Chassez les photographes ! »
 
Les médias israéliens ont identifié les soldats comme appartenant au Bataillon de Netzah Yehuda – une unité religieuse de la Brigade Kfir de l’armée israélienne.
 
L’armée israélienne a reconnu l’incident, mais en prétendant que les soldats avaient été attaqués plus tôt par des lancers de pierres.
 
« Ceux [des soldats] impliqués dans l’incident ont été appelés pour voir le [dimanche] matin le commandant de brigade pour une clarification et rendre compte de l’événement, » a dit un porte-parole de l’armée au journal israélien Haaretz. « Si besoin est, une mesure disciplinaire sera prise contre eux. Au premier abord, il semble que leur comportement ne correspond pas à celui attendu d’un soldat d’un soldat des IDF [armée Israélienne d’occupation]. »
 
Étant donné l’impunité systématique dont bénéficient les soldats israéliens, y compris dans les meurtres d’enfants Palestiniens, il y a peu de raisons de croire qu’ils feront face à la moindre conséquence pour leurs actes.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

“L’Algérie vue du ciel”, le documentaire de Yann Arthus-Bertrand (vidéo)

Nicolas Sarkozy compare l’afflux de réfugiés à une grosse fuite d’eau (vidéo)