in

Un juge du Michigan en faveur de la prière et des repas halal pour les détenus musulmans

Dans l’univers pénitentiaire du Michigan, près de 1 800 détenus musulmans croupissent à l’ombre des barreaux, représentant soit moins de 10% de la population carcérale de cet Etat de grands lacs, situé dans le Mid-Ouest des Etats-Unis.

Des années de litiges et d’inertie administrative au sujet de la préparation de repas halal viennent enfin de trouver leur dénouement, et une fois n’est pas coutume en faveur des revendications exprimées par les prisonniers souhaitant manger conformément aux règles islamiques. Le maillet du juge Avern Corn a tranché ce véritable noeud gordien, en ordonnant à l’Etat de veiller à ce que les musulmans purgeant une peine de prison puissent non seulement célébrer leurs grandes fêtes religieuses et assister à la prière  du vendredi sans encourir les foudres de l'administration carcérale, mais également bénéficier de repas végétariens quand du porc s'invite au menu.

"Les détenus ne perdent pas leurs droits et leur liberté religieuse simplement parce qu'ils sont derrière les barreaux", a déclaré Michael Steinberg, représentant pour le Michigan de l’association American Civil Liberties Union (ACLU), qui s'est réjoui de la portée de ce verdict. De son côté, le juge du district Avern Corn se félicite d’être parvenu à un amendement "équitable et raisonnable" du règlement interne en vigueur dans les prisons du comté, même si pour certains prisonniers musulmans, amateurs de viande, le menu végétarien est un substitut difficile à digérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les femmes musulmanes plus exposées que les hommes à la violence islamophobe, selon une étude britannique

Grande-Bretagne : la grande campagne musulmane de don de sang bat le rappel à Sheffield