in

Les femmes musulmanes plus exposées que les hommes à la violence islamophobe, selon une étude britannique

Elles sont devenues les proies toutes désignées d’une islamophobie vengeresse et criminelle qui ne se cache plus pour frapper, les femmes musulmanes voilées sont plus exposées que leurs coreligionnaires masculins à la violence raciste, tel est le tragique constat qui ressort d’une étude réalisée Outre-Manche.

Enregistrements téléphoniques à l’appui, la hotline britannique « Tell Mama » a corroboré cette conclusion alarmante en faisant remonter du terrain des statistiques édifiantes : 58% des agressions dûment vérifiées, survenues entre avril 2012 et avril 2013, s'en sont prises à des musulmanes, et dans 80% des cas, les victimes expiatoires étaient soit revêtues d’un hijab, soit d’un niqab.

Sous le titre qui sonne comme un appel de détresse « Peut-être sommes-nous détestées », Chris Allen, professeur de politique sociale à l’Université de Birmingham, vient de publier une enquête étayée qui jette une lumière crue sur une Europe tourmentée par ses vieux démons, en mettant des prénoms sur des victimes déshumanisées et en donnant la parole à des sans-voix habituées à être niées ou muselées. Le fruit de son rapport sera prochainement présenté devant la Chambre des Communes, afin d’inciter les parlementaires à regarder ces concitoyennes faites de chair et de sang, au-delà des chiffres, certes éloquents, mais sans âme.

Rachel, 28 ans, Shareefa, 33 ans, et plus de 20 autres femmes, âgées entre 15 et 52 ans, ont ainsi témoigné de la sauvagerie à visage humain qui les a prises pour cible, mêlant injures abjectes, passages à tabac et parfois même viols. De ces traumatismes que seul le temps pansera peut-être, est née une interrogation profonde qui taraude désormais toutes ces musulmanes : pourquoi rester dans un pays dont une frange de la population ne les reconnaît pas en tant que citoyennes à part entière, et de surcroît met leur vie en danger ? Un questionnement identitaire aujourd’hui sans réponse politique ferme et efficace, à moins que l’étude de Chris Allen ne provoque le sursaut de conscience législatif espéré…

A voir ou à revoir, la terrible agression d’une jeune femme voilée à Londres sous l’objectif d’une caméra de surveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La résignation rageuse des Français

Un juge du Michigan en faveur de la prière et des repas halal pour les détenus musulmans