in

Un couple britannique de confession musulmane attaqué par six adolescentes dans un train

Elles frappent à tout instant, et de plus en plus fréquemment et durement de la part de la gent féminine, les agressions islamophobes qui alternent railleries acerbes et injures ordurières, jusqu’à culminer dans la violence, ne sont plus l’apanage du sexe fort, c’est ce constat accablant qu’observent aujourd’hui les principales organisations musulmanes du Royaume-Uni, chaque semaine apportant son lot d’actes répréhensibles commis par des femmes de tous âges et conditions, et en toute décomplexion.

Installé tranquillement à bord du train de banlieue du Grand Manchester, un couple britannique de confession musulmane accompagné de son bébé de neuf mois, dont la femme était voilée intégralement, ne s’attendait pas à voir son week-end gâcher par les moqueries et les insultes blessantes de six adolescentes déchaînées, que rien ni personne n’a pu faire taire, ni ramener à la raison.

« Vous n’étouffez pas dans tout ça ? » a lancé, méchamment narquoise, celle qui a ouvert les hostilités et qui a enragé en s’entendant répondre par sa tête de turc en niqab, dont elle ne soupçonnait pas le sens de la répartie : « Cela ne devrait pas vous inquiéter ».

A ces mots, les propos offensants et invectives racistes ont redoublé, poussant Aminur Rahman, l’époux consterné, à en appeler à l’inexistante compassion de jeunes furies envers son épouse très éprouvée par la disparition de sa mère. "Je leur ai dit que la mère de ma femme venait de mourir, mais c’était en pure perte. Aucune d’elles n’a montré le moindre remords ou empathie, et elles nous ont insulté de plus belle", a-t-il relaté, en avouant son impuissance à leur faire prendre conscience de leur comportement éminemment blâmable.

Insensibles au deuil de leur souffre-douleur tout désigné et à la politesse de son mari, ces jeunes filles, moins anges que vrais démons, sont allées jusqu’à menacer de tabasser la passagère dont la vue leur était insupportable, terrifiant cette dernière ainsi que son nourrisson qui s’est mis à crier de peur. Des pleurs stridents, qui prennent habituellement aux tripes mais qui, en l’occurrence, n’ont pas brisé l’indifférence générale ni la chape de plomb du silence.

C’est sur sa page Facebook que Aminur Rahman a fait le récit de ce samedi assombri par l’islamophobie si peu ordinaire, car jamais, avant ce jour funeste,  il n’aurait pu imaginer que des adolescentes soient capables d’une telle brutalité, verbale comme physique. L’émoi, la solidarité et la colère des internautes ont été à l’aune de l’indignation suscitée par cette nouvelle attaque perpétrée par le sexe dit faible contre des musulmans sans histoire. « C’est scandaleux ! Personne ne devrait craindre pour sa sécurité et pour les siens dans les transports publics », s’est insurgé un internaute, renchérissant : « Ces filles sont des monstres et des ignorantes ! Leurs parents devraient avoir honte ! Il faut que vous alliez porter plainte à la police et que vos assaillantes soient retrouvées et punies pour ce qu’elles ont fait ».

Inondée de messages de soutien, la page Facebook de Aminur Rahman a été également couverte de fleurs, nombreux étant celles et ceux qui ont salué son calme olympien, admiratifs devant sa volonté d’éveiller les bons sentiments chez des jeunes filles qui en sont manifestement et tristement dénuées… ou alors, elles l'ont bien caché…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quel interlocuteur pour l’islam de France ?

Dalil Boubakeur annonce le début du ramadan pour le jeudi 18 juin (vidéo)