in ,

Un Brésilien prononce la Shahada dans les rues de Sao Paulo

Ils ont fait du Brésil leur terrain de prédilection tout au long d’un Mondial placé sous le signe des échanges multiculturels, les missionnaires musulmans de tous les pays, notamment américains et en l’occurrence britanniques, jouent collectif dans les artères piétonnes de Sao Paulo pour valoriser les enseignements de l’islam auprès de leurs semblables.  

Brisant les barrières linguistiques pour mieux tordre le cou aux préjugés pernicieux qui traversent allègrement les frontières, leur projet de da’wa fraternelle, pédagogique et sans contrainte se décline dans tous les idiomes, portugais, espagnol, anglais, arabe, ourdou, persan, entre autres. Rejoints par les musulmans brésiliens avec lesquels des synergies ont été créées ou consolidées, les ambassadeurs de l’islam forment une grande équipe métissée et plurielle, où personne n’est sur le banc de touche, prêchant parfois dans le désert, mais ils en acceptent l’augure, jusqu’à ce qu’au détour d’une rue, une rencontre providentielle avec un Brésilien aboutisse à la récitation de la Shahada. C’est la belle surprise qui a conclu en beauté la deuxième journée de l’équipe fraîchement débarquée du Royaume-Uni.

Parallèlement à ces actions de proximité, l’indispensable petit guide d’informations « Salam Brasil », conçu spécialement pour la Coupe du monde de football par Mohamed Hussein El Zoghbi, le président de la fédération des associations musulmanes brésiliennes, en partenariat avec le sultanat d’Oman, dans lequel les préceptes humanistes du Coran sont mis en exergue, s’arrache comme des petits pains, et sera assorti, dans les jours qui viennent, d’une mascotte en peluche appelée Salaminho (Salam Boy), d’une application pour smartphone et d’une permanence téléphonique pour informer 24h/24 les visiteurs sur l’islam au Brésil et sur la quintessence de son message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Texas : une journaliste voilée victime d’islamophobie lors du congrès du parti républicain

Une Néo-zélandaise pourrait devenir la première députée voilée de son pays