in

Un algérien espion du Mossad pour 1500 dollars par mois

 

La presse algérienne est revenue sur  les propos du journaliste  Said Sahnoune, espion pour le compte des services secrets israéliens “le Mossad”,   qui a donné un entretien au quotidien espagnol El Pais.  

Quelques extraits de l'article paru sur Algérie.com

Said Sahnoune  a été recruté à Tel-Aviv en 1998 après avoir subi plusieurs tests avant d’être embauché par les services de renseignement israéliens. A ce propos, il a confié qu”ils m’ont soumis à de longs interrogatoires, avec des détecteurs de mensonge inclus, en ce qui concerne ma propre vie et motivations” avec cette question soulevée à maintes reprises : “Avez-vous été envoyé ici par un service étranger “.

"Sahnoune a passé tous les tests avec succès et a, finalement, été recruté par le Mossad. Mais ce n’est qu’après un essai de deux semaines à Tel-Aviv, qu’un chef du Mossad, Sami, s’était identifié en acceptant de dîner avec lui à Tel-Aviv."

"Le journaliste algérien affirme avoir posé certaines conditions à ses nouveaux employeurs, à savoir, ne pas travailler contre son pays et ne pas tuer quelqu’un, lesquelles conditions ont été acceptées."

En usant de sa qualité de journaliste, il espionnait pour le Mossad à Abidjan en Côte-d’Ivoire. Il était chargé de la surveillance de la colonie libanaise chiite en Afrique de l’Ouest. Sahnoune espionnait également en Tunisie, mais surtout au Liban après le retrait d’Israël du Sud du pays, qu’il  occupait jusqu’en 2000.

Selon le journaliste algérien, le Mossad s’intéressait à un Libanais qui avait travaillé pour l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), ainsi qu’ à un ancien ambassadeur du Liban, un militaire et un couple de chiites dans le Sud. Il avait établi des contacts avec eux pour savoir si ces personnes se rendaient en Europe ou si elles pourraient être invités à un événement en Europe.

Pour Sahnoune, le Mossad voulait les recruter, mais pas au Liban. Le paiement de l’espion algérien se faisait en espèces à Chypre à raison de 1.500 dollars par mois en plus de la prise en charge de ses frais de mission qui lui permettaient de gagner jusqu’à 6.000 dollars quand les cibles étaient atteintes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chicago célèbre les plus belles réussites musulmanes

Le nouveau thème des anti-minarets suisses: “l’islamisation rampante”