in

Trump ne célébrera pas l’Aïd el-Fitr à la Maison Blanche

C’en est-il fini des soirées ramadaniennes à la Maison Blanche ?

Démarrée de manière fracassante, la présidence Trump inaugure une ère nouvelle à bien des égards, de celle qui rompt brutalement avec la tradition, vieille de près de deux décennies et instituée par l’ex-secrétaire d’Etat de Clinton, Madeleine Albright, célébrant l’Aïd el-Fitr en grande pompe dans l’enceinte de la Maison Blanche.

Nul besoin d’être grand clerc pour deviner que le nouvel homme fort de Washington, sinistre artisan du décret anti-immigration, allait volontiers sacrifier ce grand rituel gouvernemental sur l’autel de son islamophobie d’Etat, sans s’embarrasser de formules de politesse, ni de justifications…

Dans les antichambres du pouvoir, les langues se délient au sujet du refus opposé par Rex Tillerson, l’actuel secrétaire d’Etat américain, à la demande du Bureau de la religion et des Affaires mondiales d’accueillir cet événement incontournable, qui était inscrit à l’agenda présidentiel depuis dix-huit ans.

« Les ambassadeurs américains sont encouragés à célébrer le Ramadan, à travers diverses opérations événementielles qui se déroulent chaque année dans le monde », a botté en touche le Département d’Etat via un communiqué officiel des plus laconiques, cité par le Washington Post, sans fournir la moindre explication sur les raisons de la disparition soudaine de ce grand rendez-vous annuel washingtonien, marquant la fin d’une époque.

Si, pour ses prédécesseurs, fêter l’Aïd el-Fitr n’était pas un legs empoisonné, il n’en va pas de même pour le populiste Trump, dont on peut avancer sans risque de se tromper qu’il rechigne à perpétuer une autre tradition entrée dans les us et coutumes de la Maison Blanche : présider un dîner de gala dans le cadre d’un Iftar de prestige, en présence de personnalités musulmanes triées sur le volet, au son d’un « Ramadan Karim » qui lui écorcherait la bouche…

Pour nombre de musulmans américains, encore sous le choc de sa campagne incendiaire et profondément affectés par son ostracisme anti-musulmans, le contraire eût été non seulement stupéfiant, mais aussi très malvenu, et c’est un euphémisme. Un sentiment que partagent pleinement des figures de l’islam aux Etats-Unis, lesquelles ont confié qu’elles n’hésiteraient pas à boycotter les soirées ramadaniennes dont Trump serait l’hôte et le maître de cérémonie.

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est normal il n’en est pas digne de cette grande fete musulmane. Les pays musulman devrait le boycotter lui interdire de fouler nos sols.

  2. On s’en fout completement.Nous sommes en occident,,,,,,,,ici la majorité est CHRÉTIENNE ET NOUS FETONS NOS FETES……….SACREZ NOUS PATIENCE AVEC VOTRE RELIGION…..PRATIQUEZ LA CHEZ VOUS ET FOUTEZ NOUS LA PAIX.

  3. Il n’existe pas d’états musulmans mais il y a une nation musulmane
    Remarquer que les pays à majorité musulmane dis pays musulmans sont régis par des lois qui sont en contradiction avec la législation musulmane.
    Trump et ceux qui pensent comme lui ignorent tous de l’islam, et ne sont pas pires que les gouvernants des pays dis musulmans, et le chaos que connaissent les pays arabes en est la preuve.
    Jadis ces mêmes pays étaient colonisés par des pays de confessions non musulmane mais les peuples grâce à leur seule foi et leur sincérité envers le créateur, sont restés dignes et ont pu recouvré leur indépendance territoriale.
    Le prophète Mohamed (sws) a été persécuté à l’instar de tous les prophètes qui l’ont précédé mais la religion d’Allah subsiste toujours et subsistera avec ou sans les arabes.
    Je crois que le vrai musulman peut vivre sa foi s’il considère qu’il est hôte dans le pays qui l’accueille et qu’il soit prudent et n’a pas à s’exposer au danger.
    Sourat 61 versets de 5 à 8
    -Et quand Moïse dit à son peuple: «O mon peuple! Pourquoi me maltraitez-vous alors que vous savez que je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous?» Puis quand ils dévièrent, Allah fit dévier leurs cœurs, car Allah ne guide pas les gens pervers.(5)
    -Et quand Jésus fils de Marie dit: «O Enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera «Ahmad». Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent: «C’est là une magie manifeste».(6)
    -Et qui est plus injuste que celui qui invente un mensonge contre Allah, alors qu’il est appelé à l’Islam? Et Allah ne guide pas les gens injustes.(7)
    -Ils veulent éteindre de leurs bouches la lumière d’Allah, alors qu’Allah parachèvera Sa lumière en dépit de l’aversion des mécréants.(8)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

D’un Traoré à l’autre, ou les limites des mouvements de quartiers populaires

Jacques Faty: “J’ai perdu mon brassard à cause d’une prière avec Ribéry”