in

Ruqsana Begum, la première championne du monde musulmane de Kick-boxing

Il lui aura fallu abolir bien des barrières, dont celles invisibles mais très résistantes des mentalités, avant même de pouvoir terrasser ses adversaires sur un ring, Ruqsana Begum, la nouvelle championne du monde de Kick-boxing, est d’une combativité à toute épreuve, qu’elle ait enfilé ses gants ou pas…

Cette Londonienne musulmane d’origine bangladaise, qui a reçu une éducation religieuse très stricte et subit les affres d’un mariage arrangé, a dû, plus que quiconque, redoubler d’ardeur en tapant secrètement dans son punching-ball, se forger un mental d’acier pour s’adonner à son sport de prédilection à l’insu de ses parents, et se transcender littéralement pour se hisser au sommet de son art, au vu et au su de tous.

Dès l’âge de 18 ans, c’est en catimini que cette véritable graine de championne quittait l’université de Westminster où elle étudiait l’architecture, son autre passion, pour filer vers la salle de sport où, pendant plus de cinq ans, elle s’entraîna durement, avec rigueur et persévérance. Elle éprouvait alors un terrible déchirement à l’idée de devoir mentir à ses parents, mais elle craignait de leur révéler un secret qui, bien que n’ayant rien de déshonorant, susciterait leur vive désapprobation.

Publicité
Publicité

« Ma famille était très conservatrice et protectrice envers moi. Comment aurais-je pu leur dire que je voulais évoluer dans un sport de combat ? C’était impossible et, malgré tout l’amour que je porte à mes parents, ils m’auraient obligé à faire un impossible choix. Je redoutais de devoir choisir entre le sport que j’aime et ma famille », a-t-elle récemment raconté à la presse anglaise, avec un pincement au cœur en se remémorant ce cruel dilemme.

A l’approche de ses vingt ans et d’une union maritale vouée à l’échec, Ruqsana Begum a voulu avouer sa double vie à ses parents, d’autant plus que sa remarquable progression dans le Kick-boxing lui ouvrait grand les portes de la compétition à haut niveau.

« Quand j’ai commencé la compétition, je voulais la bénédiction de ma famille, je ne voulais plus faire cela dans leur dos, je voulais les prières de ma mère », a-t-elle confié, submergée par l’émotion. « Mais je n’ai pas pu échapper à un mariage arrangé qui a échoué lamentablement. Ce n’est qu’après un divorce difficile que j’ai pris mon courage à deux mains pour emmener mes parents au gymnase où je m’entraînais », a-t-elle expliqué.

Ruqsana Begum a finalement obtenu le consentement de ses parents qui étaient alors accablés par le poids de la culpabilité, se reprochant un mariage désastreux qui avait fait souffrir leur fille.

Publicité
Publicité

De l’eau a coulé sous les ponts depuis cette période douloureuse de son existence, dont elle a fini par triompher magnifiquement. Agée aujourd’hui de 34 ans, la première championne du monde musulmane de Kick-boxing savoure sa belle victoire, remportée sur elle-même et sur sa rivale suédoise, avec un bonheur d’autant plus grand qu’elle fait désormais la fierté de ses parents.

« En tant que femme, être capable de faire quelque chose de sa vie, d’être une source d’inspiration en prouvant que rien n’est gravé dans la pierre et que l’on peut aller au bout de ses rêves, c’est de loin ma plus belle réussite », s’exclame-t-elle, avec l’énergie positive qui la caractérise.

Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. ‘Allah n’a pas de sexe. Son prophète et ses guerriers: oui!’ Ah, vous y allez un peu trop, mon cher M. Leroy. Nous les cocus nous aussi avoir de sexe. C’est pardonnable pour votre ignorance, M Leroy, car vous n’êtes pas devenus cocus pour l’instant. Nous les cocus, nous avons une seule prière: «Dieu, protège-nous contre nos amis, nous nous chargeons de nos ennemis ».
    Il semble que vous connaissiez l’islam. Donne-moi le verset du Livre sacré des musulmans qui mentionne cette religion faite par les hommes et pour les hommes. Je vais le mettre sous le nez de ce grand prêtre musulman du quartier qui crie que sa religion est universelle.
    Merci Mon frère.

  2. @ Leroy
    Si vous connaissez une religion qui n’ait pas été faite par des hommes pour des hommes faites-le moi savoir.
    Le catholicisme ? Avec notre mère Eve responsable des péchés du monde, c’est loupé. Et le catholicisme est l’une des dernières sectes ou religions qui interdit encore aux femmes l’accès au sacerdoce !
    Le judaïsme ? à mon avis le sort de la femme est encore pire chez les juifs orthodoxes que dans une famille wahabite/salafiste. Elle est impure (beurk) les 3/4 du mois et condamnée à des bains rituels de purification jusqu’à la délivrance de la ménopause. Je n’aime pas trop le foulard islamique (sauf porté librement) mais savoir qu’une Juive orthodoxe est condamnée à porter une perruque pour protéger sa pudeur je trouve ça hilarant/consternant.

    Qui êtes-vous Leroy ? Un médiocre frustré qui a besoin de harceler une cible pour se sentir un Homme ? Qu’est-ce que vous vous dites quand vous vous regardez dans la glace ? À quoi sert votre vie ? Quelle est votre contribution, modeste évidemment mais réelle, pour que le monde soit un peu meilleur pour le bonheur de tous ?

  3. Philippe Leroy je ne suis pas dupe de tes turpitudes , que fais tu sur ce site alors qu’on s’est bien t’es un aficionado de ce magazine anti arabo musulman qu’est valeurs actuelles , les souches et les sionistes juifs nous haïssent car des invertébrés agissent en terrorisant le monde, vous mettez tout les arabo maghrébins dans le même sac qu’ils soit pour peu musulmans athées ou une autre religion, ce n’est pas nous qu’avons apporté le fascisme le nazisme les chambres à gaz les tueries de masse et cela ne date pas il y a plusieurs siècles alors les grands pourfendeurs ce sont les hommes blancs occidentaux.

  4. Et on viendra nous expliquer que l’islam est tout sauf une religion de violence.
    Et à part ça, le prochain Prix Nobel c’est pour quand ? Ah, oui, le cerveau n’est pas un muscle, me susurre-t-on à l’oreille… ?

  5. Pardon : “que les femmes puissent sortir seules, libres, et sans se faire harceler par les frustrés que produit une société soumise à une religion faite par des hommes et pour les hommes.

    Allah n’a pas de sexe. Son prophète et ses guerriers : oui !

    • “Son prophète et ses guerriers oui”si vous réduisez Nabi Mohamed (saws) a un simple chef de guerre M Leroy c’est que vous vous trompez de personnage.

    • L’Islam n’a pas été “fait par des hommes” l’Islam vient d’Allah.
      Allah n’a pas de sexe, je confirme. Pour une fois que tu écris une chose vraie.

      Et tu compares les premiers croyants et Mohammed, que la paix et la bénédiction soit sur lui, à des puceaux frustrés qui harcèlent les femmes dans la rue en les pelotant ?

      Mon Dieu !…

      Quel triste sir tu es. Ce n’est pas parce qu’une génération de mécréants (j’insiste) en rut ne peut plus se contrôler que tu dois la comparer aux pieux pionniers de l’Islam.

    • ‘Allah n’a pas de sexe. Son prophète et ses guerriers: oui!’ Là, vous y allez un peu trop, mon cher frère M. Leroy. Nous les cocus nous aussi avoir de sexe. Néanmoins, c’est pardonnable pour votre ignorance, M Leroy, car vous n’êtes pas cocus pour l’instant. Nous les cocus, nous avons une seule prière: «Dieu, protège-nous contre la liberté et le sida de nos femmes, nous nous chargeons de tous les autres maux».
      Il semble que vous connaissiez l’islam. Donne-moi le verset du Livre sacré des musulmans qui mentionne ”cette religion faite par les hommes et pour les hommes’ Je vais le mettre sous le nez de ce grand prêtre musulman du quartier qui crie que sa religion est universelle.
      Merci mon frère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

0
Le jeûne du mois de Ramadan

Ramadan : le guide complet pour tout comprendre

L’Union des Mosquées de France condamne l’assassinat de Mireille Knoll, une octogénaire rescapée de la rafle du Vel d’Hiv