in ,

Radicalisation : “Vous avez une barbe vous-même”, lance le député El Guerrab à Christophe Castaner

A quoi voit-on, au premier coup d’œil, qu’un individu est sur la voie de la radicalisation ou s’est déjà radicalisé, sans risque de se tromper ?

Comment déceler « l’hydre de l’islamisme », telle qu’Emmanuel Macron la définit, qui sommeillerait chez un voisin, une connaissance, un collègue, sans se laisser abuser par une vue de l’esprit,  embrumée par l’appel présidentiel solennel à faire de la France une « société de vigilance » ?

Six jours après l’attaque meurtrière commise à la préfecture de police de Paris, et à l’heure où le port de la barbe est devenu ultra tendance, il semble pour le moins hasardeux d’en faire le signe de radicalisation par excellence… Sauf à faire la chasse à tous les barbus sur le territoire national, sans exclusive, au nombre desquels figurent le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et le Premier ministre, Edouard Philippe…

C’est précisément à sa pilosité faciale qu’a été renvoyé, hier, le premier flic de France, lors de son audition par la commission des lois de l’Assemblée nationale, par M’jid El Guerrab (PRG), député de la 9e circonscription des Français établis hors de France.

Publicité

Eminent barbu, s’il en est, le locataire de la place Beauvau était en train de passer en revue les signes qui, selon lui, sont révélateurs d’une radicalisation en cours de cheminement ou aboutie – parmi lesquels, outre la barbe, la parenthèse sacrée du mois de Ramadan, empreinte de ferveur religieuse, est désormais entachée de suspicion – quand M’jid El Guerrab l’a interpellé sans détour.

« Une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de ramadan, c’est un signe, qui doit permettre de déclencher une alerte sur ses sujets », a déclaré Castaner, ajoutant : « Un changement de comportement dans l’entourage, le port de la barbe, qu’il fasse la bise ou qu’il ne la fasse plus, même si pour ce sujet nous avons des informations très contradictoires concernant l’affaire qui nous préoccupe. »

« Un signalement d’une faible ou d’intensité, c’est quoi ? Qui évalue le signalement ? », a interrogé le député El Guerrab, avant d’alerter sur la grave dérive que représenterait la proposition d’une de ses collègues. Cette dernière n’a rien trouvé de plus judicieux à suggérer que d’intégrer “la conversion à l’islam” dans les signes de radicalisation, en exigeant son signalement auprès des forces de l’ordre. Et au diable la liberté de culte et de conscience !

Devant un excès de zèle frisant l’ubuesque, M’jid El Guerrab n’a pas manqué d’appuyer là où le bât blesse : « « Pendant le ramadan, il y a une pratique un peu plus forte de la religion puisque le soir, tous les musulmans qui sont un peu pratiquants se rendent à la mosquée pour prier et font des séries de prières qui s’appellent les tarawih. Donc, il y a de fait une pratique exacerbée de la religion pendant le ramadan ». 

Publicité

Et d’enfoncer le clou : « Je constate que vous avez une barbe vous-même, si vous étiez musulman, j’espère que vous ne seriez pas signalé ».

Publicité

Publicité

5 commentaires

  1. Encore des discours sans aucune conséquence pratique qui débouchent sur des polémiques stériles. Mais le plus important c’est cette nouvelle expression de Macron qui se gargarise de mots plutôt que d’être dans l’action et le résultat. Sa dernière trouvaille linguistique : « société de vigilance » parce l’état n’y arrivera pas seul. Voilà qui est rassurant. Il nous vendait un état protecteur. Mais aujourd’hui ce sont aux français qu’il ponctionne de faire le boulot. On doit donc devenir expert en radicalisation pour dénoncer de futurs terroristes. Donc société de défiance et de délation ? Il nous expliquera ainsi bientôt que sans les français, la police ne peut appréhender les suspects puis que sans les français, la justice ne peut les juger ni les sanctionner, tout ça parce qu’on manque de moyens ? On va donc organiser des milices citoyennes pour patrouiller dans les rues et des tribunaux populaires pour rendre la justice ? C’est à se demander à quoi servent nos votes et nos impôts. Désolé mais ce n’est pas mon job de traquer les autres.

    Qu’on commence donc par passer en loi de 1905 les mosquées, gérer les imams connus pour leur propos de haine (sanction, voire expulsion des étrangers même pas besoin de fermer les mosquées), déchoir de leur nationalité et expulser les jihadistes au lieu de dépenser l’argent des contribuables dans des prisons ou des programmes de deradicalisation aux résultats aléatoires, réduire les accès aux chaînes et aux sites internet, lever l’anonymat des personnes qui appellent au meurtre sur les réseaux sociaux dès qu’on touche à leur religion et les sanctionner, sanctionner les femmes qui portent le niqab, contrôler les femmes qui contournent la loi en portant des hidjabs avec des masques chirurgicaux, exclure de l’école les élèves qui contestent les enseignements et plus généralement la laïcité à l’école, réduire voire supprimer les allocations familiales des parents … afin que tous apprennent qu’il n’y a pas de droit sans devoir, ni de délit ou de crime sans punition à proportion.

    Pour en revenir à Macron et à Castaner, qu’ils réexaminent aussi les processus de recrutement et d’habilitation des fonctionnaires notamment dans les activités sensibles de l’état. A moins qu’ils ne demandent aussi aux français de faire leur boulot. Car visiblement il y a eu des failles majeures à la préfecture de Paris.

  2. L’intervention du ministre est honteuse, ce n’est pas sérieux, il prone un jugement au faciès et la suspicion, c’est irresponsable en plus d’être absolument dans le faux car merah, ne portait pas de barbe buvait de l’alcool et allait en boite nuit! Les terroriste radical ont tué un policier musulman pratiquant lors de l’attentat de charlie, merrah à tué le fils d’une mère voilée!

  3. La radicalisation sera combattue lorsque nos dirigeants ne vendront plus d’armes aux régimes saoudiens ou autres, et qu’ils ne les instrumentaliseront plus en les laissant délibérément et en connaissance de cause, diffuser les chaînes rétrogrades de cheikhs saoudiens qui glosent sur le statut de la femme qu’ils veulent maintenir toujours sous le joug du patriarcat, ou encore les gays lapidés sur la place publique…. Trump et Netanyahu doivent arrêter d’être amis avec Salman roi d’Arabie Saoudite qui a découpé en morceaux un opposant au régime théocratique, le journaliste Jamal Khashoggi… tant que ces contradictions ne seront pas soulevées, on va droit dans le mur… sans oublier que Trump et Netanyahu sont dans une mouvance néoconservatrice évangélisto-sioniste dont Zemmour suit si bien les préceptes, à savoir le soit disant choc des civilisations ou guerre contre le terrorisme ou Grand Remplacement, alors que la CIA avait financé et soutenu depuis des années les mujahidines afghans futurs talibans, ou les frères musulmans contre les communistes, ou les gouvernement israéliens qui avaient favorisé le Hamas en éliminant Yasser Arafat…. Bref, tant de contradictions et d’hypocrisie….

  4. ça tend vers vichy; les bulles s’agitent
    tiens, un bracelet avec un gps, un compteur d’unités de prière, de jours de jeun, le diamètre de la marque sur le front, le nombre de bisous refusés, la surface poilue ou encore celle du tissu…
    on y est!
    où est leroy et sa clique, vite le ministère embauche; allez les Don Quijotes
    la phase du délire islamophobe
    il faut se faire coudre un croissant sur le veston
    et Mer…cerie
    Y A-T-IL QUELQU’UN DE SERIEUX DANS CE PAYS?

  5. Quelle analyse du ministre de l’Intérieur !
    Donc tous ceux qui portent une barbe ou un signe religieux sont considérés comme des terroristes !
    Il tombe dans sa propre contradiction : le tueur des quatre policiers n’avait pas la barbe !
    On remarque que de plus en plus des jeunes de “souche européenne” portent la barbe. Dans l’équipe de France de foot, il y a environ la moitié des loueurs portent la barbe; faut- il les soupçonner d’être “radicalisés” ?
    On se demande où va la France.

Publicité

Algérie : une manifestation étudiante réprimée pour la première fois

Tunisie: Karoui aurait bien signé un contrat avec un lobbyiste israëlo-canadien