in

Québec : deux fausses marocaines leurrent un conseil municipal en portant un voile intégral

On connaît les farces des caméras cachées qui font les heures plus ou moins savoureuses du petit écran, on est familiarisé avec les happenings événementiels ou artistiques, dont le caractère satirique ou revendicatif font tout l’intérêt et le piment, mais on n’avait encore jamais vu un canular orchestré dans le cadre d’un cours de psychologie et supervisé par un enseignant, qui a réussi à mystifier tout un conseil municipal et à lui faire perdre son latin…

L’imposture à vocation pédagogique a eu lieu, lundi dernier, dans la bonne ville de Saguenay, au Québec, avec dans le rôle des trouble-fête qui ont fait irruption au beau milieu d’un conseil municipal déjà particulièrement perturbé par un débat houleux sur le port du burkini, deux étudiantes de l’université de Chicoutimi dissimulées sous un voile intégral, se faisant passer pour deux marocaines désireuses d’en savoir plus sur la politique menée par la municipalité à ce sujet.

Campant leur personnage avec un certain talent, les fausses musulmanes ont interpellé le premier magistrat de la cité sur sa position par rapport à la parure de bains qui fait tant de vagues, poussant l’exercice de style jusqu’à répondre aux questions des journalistes au terme de la séance publique, sans rien dévoiler de leur supercherie.

On ignore quelle note ont obtenu les deux étudiantes pour avoir fait illusion jusqu’au bout, quelle véritable finalité scientifique recouvrait cette démarche empirique, et si elle a contribué ou non à apaiser les esprits survoltés au sujet du burkini, toujours est-il que le pot aux roses a été révélé le lendemain par les deux protagonistes en personne sur les ondes de Radio-Canada. Reste à savoir si du côté du maire et de ses adjoints, la blague a été jugée bonne ou mauvaise…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des étudiants musulmans du Michigan gagnent le championnat de football inter-universitaire

Journée des femmes et exclusion des musulmanes. Mais que font les féministes ?