in

Pour le maire de Londres, l’islam n’a rien à voir avec l’assassinat du soldat anglais

Réagissant au crime perpétré, mercredi, contre un jeune soldat anglais en civil, près de la caserne de la Royal Artillery, dans le quartier de Woolwich, Boris Johnson, le maire de Londres, a bien insisté sur le fait qu’imputer cet acte odieux à l’islam constituerait une grave erreur, au même titre qu’il serait « totalement erroné » d’établir un lien de cause à effet avec la politique étrangère de la Grande-Bretagne.

Pour le premier magistrat de la métropole londonienne, les seuls et uniques coupables sont les auteurs de l’agression, et ce qu’il faut blâmer avec force c’est leur état d’esprit « déformé et abusé » qui les a conduits à commettre l'innommable. Boris Johnson a également rendu hommage au courage, au calme et à l’exemplarité exceptionnels des habitants du quartier de Woolwich.

Il a enfin invité l’ensemble de ses administrés à ne pas céder à la terreur, à faire preuve du même sang-froid que leurs concitoyens de Woolwich, tout en les incitant à reprendre sans tarder le cours normal de leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La mosquée de Montpellier invite Marine Le Pen

Le calendrier du mois de Ramadhan basé sur le calcul astronomique