in

Pays-Bas : des logements “adaptés aux Musulmans” au coeur d’une polémique passionnelle

Sous les coups de boutoir du grand pourfendeur de l’islam, l’ultra-nationaliste Geert Wilders, promoteur d’un idéal de démocratie perverti par son fervent militantisme pro-israélien, le multiculturalisme des Pays-Bas, anomalie européenne pour les uns, petit miracle du vivre-ensemble pour les autres, a du plomb dans l’aile !

Quelle ne fut pas la stupeur de ceux qui louaient les vertus de ce modèle de tolérance quand, en septembre dernier, le gouvernement néerlandais, humant l’air du temps, a sonné le glas de la pluralité, en proposant une loi restrictive sur l’intégration visant spécifiquement les musulmans.

Dans ce climat glacial ambiant, où souffle le blizzard du scepticisme généralisé, rien d’étonnant à ce que 188 logements sociaux, spécialement conçus pour la communauté musulmane majoritaire dans un quartier à l’ouest d’Amsterdam, provoquent une polémique nationale paroxystique.

Métropole cosmopolite par excellence, reflet de la diversité culturelle et religieuse du pays des tulipes, Amsterdam est devenue la capitale d’une crispation identitaire aiguë et ubuesque, après qu’un entrepreneur local ait choisi d’aménager des appartements en étroite concertation avec les futurs locataires musulmans, comme le veut une coutume urbanistique très répandue aux Pays-Bas. 

Une armoire pour chaussures, une porte coulissante séparant le salon des invités du reste des dépendances familiales, un coin pour ablutions et un autre destiné à l'installation d'une parabole, telles sont les légères améliorations apportées à un cadre de vie aujourd’hui pointé du doigt, taxé d’islamisation galopante et estampillé « logements halal» !  

Interrogé au pic d’une tempête qui a, hélas, donné du grain à moudre au triste sire Geert Wilders, ce dernier tweetant frénétiquement "Quiconque voudra un logement Halal n'a qu'à aller en Arabie saoudite",  le ministre de l'Intérieur, Ronald Plasterk, a tenté d’apaiser les esprits chauffés à blanc en déclarant légitime que "les promoteurs du projet urbanistique répondent aux souhaits des résidents", ajoutant qu'il "n'y a rien d'anormal en cela".

Quid des musulmans néerlandais dans ce tintamarre qui nous en rappelle d’autres, plus franco-français ? Si l’adaptation de ces logements sociaux au mode de vie musulman constitue un non-sens pour certains, il n’en demeure pas moins vrai qu’il y a unanimité pour dénoncer un débat passionnel, révélateur de l’état de délitement du multiculturalisme sur une terre qui s’en faisait pourtant une haute idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un militant BDS devant les tribunaux pour avoir brandi un drapeau palestinien

Mohamed VI fait sensation en apparaissant avec une béquille