in

Oui, la colonisation est un crime contre l’humanité

En déclarant que “la colonisation est un crime contre l’humanité, une véritable barbarie”, Emmanuel Macron a déclenché un torrent d’indignation. On a dit que cette déclaration n’était que pur opportunisme, que le candidat d’”En marche”, comme d’habitude, disait tout et son contraire. En novembre 2016, il déclarait : “Alors oui… en Algérie il y a eu la torture mais aussi l’émergence d’un État, de richesses, de classes moyennes, c’est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie”. Certes. Mais si, pour une fois, Emmanuel Macron avait eu raison ? La réaction chauvine suscitée par ses propos, en tout cas, montre que le révisionnisme colonial fait partie de l’ADN de la droite française.

Il faut les entendre fulminer, ces humanistes à géométrie variable, lorsque cette page sinistre de l’histoire de France est pointée du doigt. Pour Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, “ces propos constituent une insulte à l’Histoire de France et à la mémoire de millions de Français. Ils n’honorent pas le candidat à l’élection présidentielle qui fait le choix de la repentance plutôt que celui d’une lecture objective de notre histoire. Une repentance, toujours agitée par la gauche et l’extrême-gauche, qui contribue malheureusement à la défiance d’une partie des nouvelles générations envers leur pays”.

Mais c’est tout le contraire ! Pour qu’un Français se sente insulté par cette affirmation, il faut qu’il ait une lecture étriquée du passé national. Les millions de victimes du colonialisme français depuis trois siècles seraient-elles quantité négligeable ? Faut-il, pour être patriote, adhérer à un roman colonial à l’allure de conte de fées ? Que la France se proclame de  la patrie des droits de l’Homme n’interdit pas à ses citoyens de vérifier si cette promesse a été tenue au cours de son histoire. Elle leur en fait obligation. Et après examen, le verdict est sévère. Certains de vos électeurs l’ont peut-être oublié, M. Accoyer, mais la conquête de l’Algérie fut une expédition meurtrière, l’occupation de ce pays une humiliation permanente pour ses habitants et sa guerre de libération un carnage (300 000 morts) provoqué par l’obstination du colonisateur.

Mais M. Accoyer ne nous a offert que le hors d’œuvre. Parmi les nostalgiques à l’orgueil outragé, c’est la présidente du FN qui enlève le pompon. Sur sa page Facebook, elle qualifie carrément de “crime” les propos d’Emmanuel Macron. “Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être président de la République, que d’aller à l’étranger pour accuser le pays qu’on veut diriger de crime contre l’humanité ?”, demande la candidate du FN. “En utilisant cette argumentation probablement pour des raisons bassement électoralistes, le crime, c’est M. Macron qui le commet. Il le commet contre son propre pays”. Voilà, la messe est dite. A l’unisson, la droite et l’extrême-droite assènent cette doctrine singulière selon laquelle le crime n’est pas le colonialisme, mais sa dénonciation.

Contre ces impostures réactionnaires, il faut relire ce qu’écrivait Aimé Césaire en 1955 dans son magnifique “Discours sur le colonialisme”. Il citait le colonel de Montagnac, l’un des conquérants de l’Algérie : “Pour chasser les idées qui m’assiègent quelquefois, je fais couper des têtes, non pas des têtes d’artichauts mais bien des têtes d’hommes”. Il donnait la parole au comte d’Herisson : “Il est vrai que nous rapportons un plein baril d’oreilles récoltées, paire à paire, sur les prisonniers, amis ou ennemis”. Il citait aussi Pierre Loti relatant dans “Le Figaro” la prise de Thouan-An (Indochine) en 1883 : “La grande tuerie avait commencé ! C’était plaisant de voir ces gerbes de balles, si facilement dirigeables, s’abattre sur eux deux fois par minute. On en voyait d’absolument fous, qui se relevaient pris d’un vertige de courir. Ils faisaient en zigzag et tout de travers cette course de la mort, se retroussant jusqu’aux reins d’une manière comique … et puis on s’amusait à compter les morts”. Eh oui, ces horreurs, elles aussi, font partie de notre histoire.

Partout, la conquête coloniale fut effroyable. Le colonisateur au drapeau tricolore l’a déshonoré, ce drapeau. Il l’a noyé dans le sang des peuples martyrisés par ceux qui prétendaient leur apporter la civilisation au bout du fusil. C’est pourquoi, partout, les peuples colonisés ont levé l’étendard de la révolte. Lassés d’être traités en objets, ils voulaient devenir “les sujets de leur propre histoire”, comme disait Lénine dans ses thèses prophétiques sur le droit des nations à disposer d’elles-mêmes (1916). Mais en Indochine, en Algérie, à Madagascar, au Cameroun, cette révolte populaire s’est heurtée à une répression impitoyable. Pour maintenir l’ordre ancien, la machine de guerre coloniale a perpétré des crimes de masse, elle s’est livrée à d’innombrables massacres.

Lisez donc le grand Aimé Césaire, M. Accoyer, cela vous changera du Figaro-Magazine ! “Il faudrait étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l’abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu’il y a au Vietnam une tête coupée et un œil crevé et qu’en France on accepte, une fillette violée et qu’en France on accepte, un Malgache supplicié et qu’en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s’opère, une gangrène qui s’installe ».

Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette gangrène est toujours dans les têtes. Comme disait Marx à propos des atrocités commises par les Anglais en Inde en 1853, “L’hypocrisie profonde et la barbarie inhérente à la civilisation bourgeoise s’étalent sans voile devant nos yeux, en passant de son foyer natal, où elle assume des formes respectables, aux colonies où elle se présente sans voile”. Oui, c’est un fait, le crime colonial a fait voler en éclats les barrières morales que la classe dominante s’imposait ailleurs. Dire cette atrocité du crime colonial, c’est désigner avec les mots qui conviennent cette histoire douloureuse. Le colonialisme est une violence au carré, décuplée par le sentiment de supériorité raciale du colonisateur sur le colonisé. Perpétré sur les cinq continents, de Colomb à Netanyahou, le colonialisme est un crime contre l’humanité, car il nie l’humanité de celui qu’il opprime.

13 commentaires

Laissez un commentaire
  1. -Olivier Lechat, (j’ai vécu cette saloperie de guerre d’Algérie………)

    -MOI AUSSI J’AI VÉCU CETTE SALOPERIE DE GUERRE D’ ALGÉRIE :

    -EN HOMMAGE AUX ENFANTS DE LA RÉVOLUTION,

    -ET DE L’INDÉPENDANCE.

    -YALWACHOUL NAGHE ELDZAIR TAMOURTH NAGHE.

    -Je me rappel lors d’une manifestation des années 60 à Béjaia,

    -Comme si cela datait de hier,

    -à l’époque nous habitions les bâtiments de la cité Bordeaux,

    -et c’était nous les petits enfants,

    -qui avaient les premiers commencées a manifesté en scandant :

    -Algérie Algérienne, Tahya el Djazair etc…etc..

    -puis les grands se mêlèrent à notre groupe,

    -pour ainsi devenir au fur et mesure une immense foule,

    -une véritable marais humaine,

    -des hommes,

    -des femmes,

    -des enfants,

    -et tout le monde scandait les mêmes slogans mêlés aux youyous,

    -c’était la première fois de ma vie,

    -que je voyais le drapeau algérien, il y en avais pas beaucoup,

    -j’étais au premier plan parmi les bambins de mon âge,

    -j’avais 8 ans,

    -en descendant la ruelle, tout en criant avec la force de toutes mes cordes vocale,

    -Tahya el Djazair, je m’époumonai,

    -c’est alors que que j’aperçus un soldat français,

    -entrain de placer au milieu de la rue une mitrailleuse type 24,

    -à ce moment là, j’ai vite deviné la tournure de la situation et des événements,

    -j’ai fuis en courant à la maison,

    -peu après, j’ai entendu des coups de feux,

    -par saccades,

    -et par rafales ininterrompus,

    -j’ai entendu des cris, des hurlements, mêlés aux slogans,

    -les gens fuyaient dans tous les sens,

    -entraient dans les maisons, puis revenaient à la charge,

    -les soldats français courraient derrière eux, tiraient sans pitié,

    -défonçaient dans un brouhaha indescriptible,

    -et un vacarme terrible et assourdissant les portes à coups de crosses,

    -de godasses et à l’aide de pelles métalliques qu’ils portaient à leurs ceintures;

    -je regardais la scène par les fentes de la fenêtre de notre salon,

    -je voyais les gens traînées les morts, les blessés, le sang était partout,

    -c’était un jour terrible et indescriptible, j’ai failli mourir de peur,

    -ce jour là j’étais inconsolable,

    -j’aperçois une jeune fille aux prises avec un soldat,

    -qui tentait de lui arrachait le drapeau algérien qu’elle portait sur elle,

    -il lui déchira le corsage de sa robe, découvrant ainsi sa poitrine,

    -un autre algérien accouru vers elle, dans un élan fraternel et de solidarité,

    -et l’enveloppa de sa veste, l’armée coloniale tire sur les manifestants,

    -les Béjaouis répliquaient par des jets de pierres,

    -et cela jusqu’à la tombée de la nuit,

    -chaque algérien qui tombait sous les balles,

    -étaient accueilli, par les youyous des femmes;

    -la citée était totalement quadrillée;

    -le lendemain on enterra les morts au cimetière de Sidi Mhamed juste à coté de notre cité,

    -ce jour là, j’ai su ce que valait le courage,

    -la bravoure et le patriotisme des algériens,

    -sans oublier le jour ou l’armée coloniale,

    -larguait des tracts par hélicoptère,

    -annonçant la mort du colonel Amirouche,

    -et en même temps la fin de la rébellion,

    -que le F.L.N était décapité,

    -sans oublier ainsi le 19 Mars 1962,

    -et ce qui s en suivit après avec les O.A.S et ses attentats,

    -les meetings que tenaient les responsables du F.L.N, et de L’A.L.N,

    -devant le palier de notre maison,qui donnait sur une grande cour ou parking,

    -la confection des drapeaux algériens,

    -les discours politiques,

    -les Anachides qu’on nous apprenaient dans les garages de la citée,

    -les écriteaux sur les murs,

    -les frontons des immeubles,

    -et des bâtiments tel :

    -Vive le F.L.N,

    -Vive L’A.L.N,

    -un seul héros le peuple,

    -votez oui F.L.N,

    -gloire à nos martyrs,

    -Allah Yerham Echouhadda,

    -le jour du référendum,

    -et enfin le jour de gloire,

    -5 JUILLET 1962, jour de l’indépendance,

    -nous étions les enfants de la révolution,

    -les enfants de l’indépendance,

    -et ce que j’ai relaté n’est qu’une de toutes les manifestations vécues à Béjaia.

    http://verdadz.files.wordpress.com/2009/07/algerie-drapeau-2.jpg

  2. ( Olivier Lechat,
    NON, non, non, le Macron est une ordure, il n’a aucun pouvoir pour sortir ce qu’il vient de dire, d’abord parce que personnellement j’ai vécu cette saloperie de guerre d’Algérie avec un porte plume et j’ai ensuite passé d’innombrables années directement sur le terrain après l’indépendance à étudier tout ce qui s’y était passé. Il est impossible de me tromper.. J’avais d’ailleurs traité le sujet en de maints articles sur mon blog que les français de souche ont demandé à la LICRA de faire fermer. Je ne peux plus m’étendre sur le sujet, mais il y avait au moins trois sortes de pieds noirs. Des pieds noirs qui aimaient les autochtones, même par le mariage, des pieds qui aimaient la communauté mais sans union par le mariage et la troisième catégorie qui ont foutu la merde et donner une mauvaise image de marque pour les deux précédentes. Ces derniers ségrégationnistes repoussaient les autochtones dans le djebel dans des réserves pour les faire mourir à petit feu comme ce fut le cas pour des amérindiens…..Ce Macron qui se sert du colonialisme pour ses fins électorales et à enfermer immédiatement, c’est un traître de la plus grande envergure. Que ce Macron nous montre ses fruits, si il se sert de sa fortune pour aider les algériens qui sont dans la misère, misère en grande partie de leur propre faute d’ailleurs:

    Je ne suis pas pied noir, mais l’Algérie est un pays que je connais mieux que la France et que j’aime parce qu’il a utlisé ma jeunesse à y frormer des arabes à se libérer de leurs chaînes et ces arabes là m’appartiennet et personne n’a le droit d’y toucher…..

    Je voudrais voir ce Macron dans un prétoire sortir ses arguments…. J’espère que les français ne vont pas tomber dans son hypocrisie tout comme le Hollande..

    Merci Huit Officiel, d’avoir sorti cette vidéo, il faut informer les gens qui pataugent et les secouer. Je vais reprendre cette vidéo. )

  3. -JE DIRAIS À CEUX,

    -QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE,

    -ET À LA CERVELLE D’UN OUISTITI,

    -NE SOYEZ PAS INGRATS,

    -C’EST LES AFRICAINS EN GÉNÉRAL,

    -ET LES MAGHRÉBINS EN PARTICULIERS,

    -QUI ONT FAITS DE LA FRANCE,

    -DE L’EUROPE TOUTE ENTIÈRE,

    -ET DE LEURS POPULATIONS,

    -CE QU’ ILS SONT AUJOURD’HUI,

    -VERDUN ET MONTÉ CASSINO,

    -TÉMOIGNENT JUSQU’À NOS JOURS,

    -DE LA BRAVOURE DES ANCIENS COMBATTANTS,

    -ET DU 3 ème RÉGIMENT DES TIRAILLEURS ALGÉRIENS,

    -AU MOMENT OÙ VOUS,

    -ET VOS SEMBLABLES,

    -FUYAIENT TEL DES RATS,

    -ET CHIAIENT DANS VOS CULOTTES,

    -ET PANTALONS DEVANT L’ARTILLERIE NAZIS,

    -ET DÉCLARAIENT VOS VILLES,

    -VILLES OUVERTES,

    -L’UNE APRÈS L’AUTRE.

    -VIDÉO :

    -À la mémoire des héros du 3e Régiment de Tirailleurs Algériens

    https://youtu.be/gJV2t2Q0de8

  4. Qui décide d’un crime sinon la justice. Sommes-nous des juges ? Tous ceux hommes, femmes, enfants qui ont participé à la colonisation seraient-ils des criminels ?
    C’est au-delà de la simplification médiatique et injuste que nous devons nous situer. L’histoire de la décolonisation a certes marqué un progrès pour des peuples, y compris ceux qui étaient soumis au “code noir”. C’est surtout l’esclavage qui est en cause et la domination de l’homme sur l’homme en raison de sa race ou de sa pauvreté qu’il convient de condamner. Le régime colonial a vécu mais il ne comportait pas que des criminels…Pas plus que les multinationales qui délocalisent les entreprises pour faire de l’argent…Elles disent pudiquement que c’est pour des raisons économiques. Tous les régimes dépendent de l’économie…et les régimes libéraux particulièrement. Les multinationales n’hésitent pas à exploiter la main d’œuvre locale. Leur direction ne dépend plus des états mais n’est-elle pas esclavagiste ?
    Plutôt que de culpabiliser les anciens colonisateurs, demandons-nous comment après la décolonisation l’esclavage continue à exister en régime “libéral”….

  5. M. Acoyer…vous êtes en plein délire…revoyez sérieusement vos chiffres….”la mémoire de millions de français…” Mais les pieds-noirs étaient tout au plus 1 million d’individus, les harkis 140 000 et même
    si vous ajoutez les malheureux soldats (enrôlés quasiment de force)français, nous n’arrivons même pas aux 2 millions qui pourraient constituer selon vous, “des millions de français” alors taisez-vous
    misérable petit monsieur, qui n’avait toute votre vie été qu’un simple suiveur et jamai un vrai décideur en politique !

  6. En 1830, la Régence d’Alger pratique encore l’esclavage de blancs et la piraterie en Méditerranée. La France met fin à ces pratiques et supprime par la suite l’esclavage des noirs, pratiqué dans tous les pays arabes ou turcs.

  7. Je suis d’accord mais comme aucune civilisation n’est innocente je ne vois pas pourquoi l’Occident devrait assumer seul la responsabilité de tels actes.

    L’islam aussi a colonisé bien des terres et pas toujours avec douceur….Demandez aux Kabyles, entre autres

    • Ok.mais la France avait comme enseigne Liberté Égalité Fraternité et leader des droits de l’homme.Quant à comparer la colonisation française avec l’Islam,il y a là amalgame par ignorance ou mauvaise foi.1- l’Islam est une religion.on ne compare pas la colonisation avec une religion.2-Les motifs de l’invasion de l’Algérie par la France et les musulmans sont très différents.La France a envahi ce pays pour raisons économiques capitalistes( et non pour civiliser).En effet la France refusait de rembourser ses dettes et s’est emparé du trésor très important d’Alger (plusieurs centaines de milliards actualisés) transféré illico presto à Paris.les musulmans l’ont fait par idéologie et il n’y a pas eu de colonisation .il n’y a eu ni confiscation des terres ,ni arabe obligatoire,ni enfumades.Par contre ils ont ramené la science.Par ailleurs je ne vois pas pourquoi les Kabyles auraient souffert plus que les autres algériens.La Kahina qui a tenu tête à l’armée musulmane était chaouie(Aures). Après ça l’Algérie est restée amazigh (berbère).Tarik Ibn Ziad qui envahi l’Espagne est un berbère de Béni Saf (ouest Algérie) .Nous sommes musulmans autochtones et nous ne sentons pas être colonisés .

      • La régence d’Alger aurait pu se dispenser de pratiquer la piraterie sur les côtes sud de l’Europe et le commerce européen en Méditerranée.

        Un jour ou l’autre, çà attire les ennuis.

  8. -( Non, monsieur Macron, nos parents n’étaient pas des criminels !

    Contre la réécriture de l’Histoire, je défends l’honneur de mes aïeux Pieds-Noirs ou Harkis en déposant ici leur photo !
    (La photo sera visible en ligne après validation)

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    Les crimes de l’armée française en Algérie.

    https://youtu.be/W5hM1PZBoIM

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -Algérie, massacre 17 octobre 1961,

    -Un ancien soldat français témoigne

    https://youtu.be/_pMumT2xu64

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -Témoignages d’anciens combattants,

    -sur les viols durant la guerre d’Algérie.

    -Archive INA :

    https://youtu.be/QFJ3Km6rGl8

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -“J’ai torturé des hommes et des femmes parce qu’il fallait le faire”.

    -M. Le Pen a reconnu, dans une interview publiée dans Combat en 1962 :

    -“Je le sais, je n’ai rien à cacher.

    -J’ai torturé des hommes et des femmes parce qu’il fallait le faire”.

    https://youtu.be/b87Vf_rx-Ew

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -Quand Jean-Marie Le Pen,

    -justifiait la torture en Algérie

    https://youtu.be/hWNIfCkInW8

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -Le général Massu parle,

    -Le Général Massu Avoue,

    – J’ai torturé en Algérie :

    https://youtu.be/op5gFa1opGw

    -À CEUX QUI ONT LA MÉMOIRE COURTE :

    -les crimes de la France en Algérie

    https://youtu.be/rI0t9sVdXck

    • Durant la guerre civile entre Algériens des années 1990, les hypermusulmans des GIA ont commis des crimes bien plus horribles. Et c’était entre musulmans. Il y a amnistie !!

      Ca c’est récent par contre. Or on ne peut reprocher à chaque peuple les actes de ses ancêtres. En 1830, l’ensemble du monde musulman est esclavagiste : vous pourriez peut-être vous excuser auprès des noirs qui étaient vos principales victimes ?

      Le premier génocide du 20e siècle est perpétré par des musulmans à l’égard de chrétiens en Turquie. Les Turcs s’excusent-ils ?

      Si on suit votre côté éternellement victimaire, les musulmans devraient demander des excuses aux Mongols qui ont détruit Bagdad et ce qui restait de l’empire arabe, constitué lui-même par la force dès la mort de Mahomet…

      Il faut aussi regarder chez soi avant de toujours se plaindre. La façon de combattre de l’émir Abd el Khader n’avait rien à envier à celle de l’armée française : c’était la façon de combattre de l’époque, dans une région habituée à la guerre entre tribus.

  9. Quels qu’aient été ses motifs, il faut saluer le courage de M. MACRON qui dit simplement la vérité. Mais comme souvent, il n’y a que la vérité qui blesse. Aux internautes (Messieurs JD Leroy et consorts) qui invoquent les crimes des autres civilisations pour exonérer la leur, sachez que ces arguments ne sont pas recevables. Les gouvernements qui se sont succédé en France sont très forts pour afficher, avec la plus grande hypocrisie, des valeurs reconnues universellement : liberté, égalité, fraternité, démocratie, etc., et pour reconnaître les crimes des autres (comme le génocide arménien). Le vrai courage, c’est de reconnaître ses propres crimes, et la colonisation en est un, indubitablement. Et n’oubliez pas que la “colonisation” se poursuit sous d’autres formes : la “Françafrique” en est un exemple, les guerres fratricides au Niger, au Mali, au Rwanda ne sont que des manœuvres permettant à l’ancien colonisateur – en l’occurrence la France – de continuer à pomper impunément les richesses africaines : or, uranium, matières premières diverses et variées. Et les guerres entretenues en Syrie, en Libye (ce sont bien les Français qui ont installé le chaos là-bas depuis 2011), en Irak, en Afghanistan, en Somalie, en Côte d’Ivoire, sont aussi un débouché pour les ventes d’armes françaises et un moyen de placer ses pions géostratégiques. Vous voyez bien, M. Leroy, qu’il n’est pas besoin de remonter si loin pour vous mettre en face de la réalité de votre patrie des “droits de l’homme”…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’amour du Prophète Muhammad ( SAWS)

Trump-Netanyahou : répondre aux fossoyeurs de la paix