in ,

Nouvelle-Zélande : l’émouvant périple d’un vieil homme de 95 ans pour aller soutenir la communauté musulmane

L’effroyable tragédie de Christchurch a ébranlé la Nouvelle-Zélande, plongeant dans le deuil et la consternation toute une population, y compris certains grands aînés de la nation qui furent confrontés aux violents tumultes de l’Histoire.

Toujours sémillant malgré son grand âge, 95 ans, John Sato, l’un des deux soldats d’origine japonaise à avoir combattu au sein de l’armée néo-zélandaise lors de la Seconde Guerre mondiale, a subi les affres d’un conflit cataclysmique. Il sait mieux que quiconque vers quels abîmes terrifiants la barbarie, en l’occurrence nazie, et la haine de l’autre conduisent inexorablement l’humanité.

A l’annonce du massacre atroce perpétré dans les mosquées Al Noor et Linwood, à Christchurch, par un terroriste australien néo-fasciste, le vieil homme, profondément affecté, en a perdu le sommeil. En proie à une immense tristesse et après avoir passé deux nuits tourmentées, ce citoyen néo-zélandais a puisé dans ses ressources pour aller témoigner de vive voix son soutien ému et sincère à la communauté musulmane.

Aussi, après s’être rendu à la mosquée située à proximité de chez lui afin d’exprimer sa peine, sa compassion et sa solidarité aux fidèles présents, a-t-il décidé d’entreprendre un véritable périple sur sa lancée.

Publicité

Epaulé par des proches, John Sato, oubliant ses douleurs, est d’abord allé à la rencontre d’autres fidèles dans la mosquée de Pakuranga, une localité au sud-est d’Auckland. Impressionné par la pluie d’hommages, tous plus poignants les uns que les autres, qui avaient été rendus aux 50 victimes musulmanes de Christchurch et par la brassée de fleurs qui entourait le lieu de culte, le vieil homme avait ressenti le besoin impérieux de s’y rendre à son tour.

Infatigable, il est ensuite monté à bord de quatre bus pour rallier Auckland, haut lieu d’une grande marche contre le racisme qui s’est déroulée le dimanche 24 mars et à laquelle il tenait absolument à participer. Au terme d’un long trajet, le nonagénaire, dont la vaillance et la noblesse de coeur ont bouleversé l’ensemble de ses concitoyens, a été accueilli par un policier et un manifestant, chargés de le soutenir pendant toute la durée du rassemblement.

« Le massacre de Christchurch est une telle tragédie », a déclaré, la voix tremblante d’émotion, celui qui fait désormais figure de héros national. « Malgré tout, de cette tragédie est né quelque chose d’extraordinaire : l’unité face au mal. Les gens ont soudainement compris que nous ne faisions qu’un », a-t-il ajouté.

Publicité

Arrivé au soir de sa vie, le très touchant John Sato refusera jusqu’à son dernier souffle que son pays, où il a toujours fait bon vivre, s’enfonce dans une nuit crépusculaire.

Publicité

7 commentaires

Laissez un commentaire
  1. En effet la méchanceté, la cruauté, la haine………….est l’œuvre du diable !! La gentillesse, la noblesse du cœur, la sagesse est l’œuvre de Dieu !!! Louange donc à Dieu qui a sublimé le cœur de ce vieil homme. C’est beau et touchant

  2. Et de conclure, notre bonhomme John Sato est remércié infiniment, sans oublier d’ajouter le sionisme qui depuis le début du vingtième siècle n’a pas cessé de pérpétrer les crimes et la terreur contre les palestiniens. Un jour arrivera bientôt où la PALESTINE de la mer au fleuve retrouvera son indépendance et son bonheur, où les palestniens fêterons la fin de la colonisation criminelle sioniste et la fermeture de la période sioniste et à jamais.

  3. Exclusif d’outre tombe un ancien militaire un VIP à ce qu’il parait mais je n’en sais pas plus, vient de m’envoyer un texto (mais si voyons) : « Tous comptes faits, la vieillesse n’est un naufrage que pour ceux qui sont atteints de cécité du cœur… » il a aussi ajouté un incompréhensible « Paris outragé… » mais bon, la batterie peut-être ou alors un forfait insuffisant chépas.
    Le jour du massacre, Satan (oui celui qui n’existe pas), a eu très peu de temps pour nous montrer sa face hideuse et son rictus repoussant et très peu de temps, parce que juste après et jusqu’à ce jour, où que vous dirigiez votre regard en Nouvelle Zélande, c’est la face de Dieu que vous verrez.
    وَلِلَّهِ الْمَشْرِقُ وَالْمَغْرِبُ ۚ فَأَيْنَمَا تُوَلُّوا فَثَمَّ وَجْهُ اللَّهِ ۚ إِنَّ اللَّهَ وَاسِعٌ عَلِيمٌ (115)
    [115] C’est à Dieu qu’appartiennent et le Levant et le Couchant. Ainsi, de quelque côté que vous vous tourniez, vous trouverez toujours la Face du Seigneur, car Il est Omniprésent et Omniscient.

  4. Et dire qu’aujourd’hui, il faut marcher sur l’honneur d’un peuple et piétiner sa dignité pour briller sinon au moins autant pour exister.

    Quelle leçon mais quelle leçon mes aïeux !

    L’histoire me rappellera cet autre grand monsieur, Stephane Hessel, juif devant l’Eternel, qui du haut de son grand âge, s’est dressé contre les israéliens tel David contre Goliath.

    Puisse Dieu Veiller sur cette noble âme et Puisse-t-Il donner la force à cet homme âgé de poursuivre son chemin, d’aller au bout de son combat, en rendant à cette histoire sa juste morale. C’est à cause de vous, faux prophètes des temps modernes, à cause de votre amour immodéré pour l’argent, à cause de cet égocentrisme maladif, à cause de cet égoïsme forcené qui vous a donné d’abandonner les vôtres, et de rejeter votre foi à l’autel d’intérêts mercantiles, c’est à cause de ce racisme larvé qui vous caractérise si tant et qui trouve sa source au milieu d’une suffisance dont la vocation fût bien celle d’avoir nourrit le lâche qui aura eu de commettre l’ignominie dans la maison sacré, là où l’homme peut enfin confier son âme en ouvrant son cœur dans la paix et la quiétude de Dieu: salam !

  5. Un bel exemple d’humanité et de fraternité qui devrait être utilisé comme un modèle pédagogique pour toutes les communautés de chaque pays, voire pour tous les peuples de la planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Algérie: La marche-référendum du 29 mars

Présentation du Coran (3ème partie) : l’œuvre inimitable