in

N. Dupont-Aignan demande l’interdiction d’un congrès de l’UOIF alors qu’il avait invité un membre de l’UOIF

Le président de Debout la France (DLF), Nicolas Dupont-Aignan, a demandé  lundi  l’interdiction du congrès de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), prévu le 7 février prochain à Lille, si l’UOIF ne déprogramme pas certains de ses invités.

“Parmi les invités, certains prônent des convictions en total désaccord avec les valeurs de la République”, affirme l’ancien candidat à l’élection présidentielle dans un communiqué, en citant notamment des propos du théologien islamique syrien Mohamad Ratib Al-Nabulsi, invité du congrès et qui prône la peine de mort pour les homosexuels.

Des déclarations qui, selon le président de DLF, “déconsidèrent les Français musulmans qui pratiquent leur foi dans le respect de nos lois” rapporte  BFM TV.

Or,  en 2013 au cours de la convention nationale du parti  Debout la République qu’il préside, Nicolas Dupont-Aignan avait  invité Camel Bechikh,  membre de l’UOIF (voir vidéo ci-dessous),  président également de fils de France ( une association proche de l’extrême droite), et collaborateur régulier du site Bd Voltaire fondé par Robert Ménard, qui donne régulièrement la parole aux  islamophobes comme Christine Tasin ou  Aymeric Chauprade qui veut lutter contre “l’islamisation de la France.

Membre donc  depuis des années de l’UOIF et  proche également de Tareq Oubrou,  Camel Bechikh, développe une rhétorique que ne renierait pas Marine Le Pen.  Le 6 avril 2012,  dans un entretien accordé à France Info, ce dernier  a précisé sa pensée : “Nous nous revendiquons du patriotisme français (…) la France de notre enfance ne ressemble plus à ce qu’elle était entre les Mac Donald et les Kebbabs, je peine à retrouver les bistros bien franchouilles dans lesquels j’allais avec mon père. Le deuxième danger,  c’est l’immigration massive, ce n’est pas parce qu’on est musulman et issu de l’immigration que l’on doit valider un flux migratoire incessant qui met en péril l’économie du pays, le vivre-ensemble et qui aujourd’hui n’est plus assimilable. Nous aujourd’hui ce que l’on dit, c’est si certains disent que l’immigration est une richesse, très bien on a accumulé beaucoup de richesses, maintenant on va essayer d’intégrer,  d’assimiler acculturer, chacun choisira le mot qui lui convient, faire une pause dans ces flux migratoires”.

En janvier 2011, Camel Bechikh avait participé au congrès du Front national, à Tours, pour le compte du bimensuel d’extrême droite ” Flash”. Dans une vidéo enregistrée le 9 mars, lors de l’inauguration de Fils de France, le même Camel Bechikh avait affirmé qu’il était contre la double nationalité: “La double nationalité entretient une ambiguïté dans le rapport à la nation (…) en tant que français, nous avons une seule nationalité, une seule allégeance, un seul drapeau”. Le 8 mars sur Sud Radio, il estimait que le gamin qu’il était ne comprenait pas “la marche des beurs , ces jeunes avec des mobylettes et des touffes sur la tête qui allaient réclamer leurs droits. Il précise enfin qu’il souhaite ” un islam franchouille” .

Entretien de Camel Bechikh  à Radio Courtoisie, une radio d’extrême-droite 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des enfants migrants exploités en Turquie?

Racisme anti-noir au Maroc