in

Sébastien Chenu, porte-parole du RN : “Nous proposons d’abroger les accords qui nous lient à l’Algérie”

Au lendemain de la victoire écrasante aux Européennes de l’ambitieux Jordan Bardella, il n’aura pas fallu attendre longtemps avant que le RN donne le ton, hautement délétère, de la campagne électorale de tous les dangers qui s’annonce.

Elle a même déjà démarré dès ce matin, au micro de RMC/BFMTV, par la voix de son porte-parole, Sébastien Chenu. Tout à sa joie d’avoir damé le pion à l’oligarque de l’Elysée et d’avoir obtenu la dissolution de l’Assemblée nationale, le porte-voix de l’héritière du Front national de papa ressert les bonnes vieilles recettes de l’extrême droite française décomplexée… Des recettes au goût amer d’un néo-fascisme qui ne dit pas (encore) son nom : stigmatiser l’islam, les musulmans, mais aussi l’Algérie. 

« Nous proposons d’abroger les accords qui nous lient à l’Algérie », a annoncé, droit dans ses bottes, Sébastien Chenu. Des propos, suintant le néocolonialisme revanchard, que n’aurait pas reniés Jean-Marie Le Pen, le tristement célèbre fondateur du FN et bourreau de l’Algérie française, dont on se souvient des coups de boutoirs racistes et islamophobes, mais aussi combien il aimait voir les Waffen-SS et autres crânes rasés figurer sur les photos de famille…

Publicité
Publicité
Publicité

A force d’avoir flatté les plus vils instincts de la France pendant plus de quarante ans, d’avoir usé et abusé de la stratégie pernicieuse de la bouc-émissarisation, la lepénisation des esprits n’est, hélas, plus une chimère. C’est la dure et accablante réalité du pays des droits de l’Homme… ou du moins ce qu’il en reste !

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. On devient injuste, quand on résout les problèmes du passé avec les outils et les hommes du présent.

    du coté de la méditerranée, on ne voit plus pas la France, on voit l’espace Schengen.
    C’est Bruxelles qui parle.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Introduction au cinquième pilier de l’islam : le pèlerinage à La Mecque

A garder en mémoire : Meyer Habib embrassant chaleureusement Jordan Bardella dans la cour des Invalides