in

Maroc : le « médecin des pauvres » condamné à 30.000 dirhams (video)

Dénoncer la corruption au Maroc peut vous coûter  cher juridiquement  C’est ce qui est arrivé à  Mehdi Chafai, surnommé le « médecin des pauvres », qui  vient d’être condamné par la tribunal de première instance de Tiznit à une amende de 30.000 dirhams pour « injures et diffamations sur les réseaux sociaux ».

Le site Bladi   rappelle que ce  “dernier était connu dans la région pour son dévouement et pour avoir dénoncé publiquement la corruption au sein l’hôpital de Tiznit, ce qui lui a valu l’hostilité de plusieurs de ses collègues et du directeur de l’hôpital, qui l’a attaqué pour diffamation.”

« Doukali (ministre de la Santé) connait, depuis le début, tous les détails de mon conflit avec le directeur de l’hôpital et le délégué régional. Ils veulent tous me faire taire pour ne pas dénoncer les problèmes de l’hôpital Hassan 1er à Tiznit », a-t-il déclaré devant le tribunal, estimant « mener une guerre contre la débauche ».

« Je défends les droits des Marocains et leur droit à la santé. Ce pays n’avancera jamais tant que la corruption mène les règles du jeu. Tant que je serai vivant, je ne me tairai jamais. Je continuerai à défendre les intérêts des enfants et des adultes de ce pays ».

.

10 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Dénoncer la corruption est un devoir. Condamner un citoyen qui dénonce la corruption est un crime contre les citoyens marocains et contre la justice.

  2. C est grâce à ce type de combat que le pays peut espérer s en sortir un jour, le chemin sera long mais les valeurs de nos ancêtres finiront par rejaillir.

  3. Surtout, svp, me cessez jamais votre lutte si louable et si rare.
    Soyez le 1er à fédérer pour cette belle quête même si le chemin est long et semé d’embûches.
    Merci bcp pour votre combat.
    En effet, sans gens comme, le pauvre n’aura jamais son droit…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’équipe saoudienne de badminton refuse de jouer contre ses adversaires israéliens

Adidas ne veut plus sponsoriser l’équipe de football iranienne