in

Manifestations au Maroc contre l’invitation de la chanteuse israélienne Noam (Vidéo)

La colère s’est emparée d’un grand nombre de défenseurs des droits de l’Homme au Maroc en apprenant l’invitation au festival de musique de Tanger, qui se déroule actuellement, d’une chanteuse israélienne qui revendique son action au sein de l’armée israélienne et sa volonté d’utiliser la musique pour véhiculer une “image positive d’Israël”.

Communiqué du Collectif contre la normalisation des relations avec Israël (propos repris par les orateurs dans la vidéo ci-dessus)

” On connait les atrocités dont se rend coupable l’armée d’occupation et en particulier les bombardements aveugles de l’armée de l’air contre les civils à Gaza, au Sud Liban et ailleurs.

Le festival de musique Tanjazz tient-il tant à prêter main forte à cette opération de blanchiment qui contribue à conforter dans l’opinion publique internationale la normalisation d’un projet colonial sans fin, pratiquant le nettoyage ethnique, sur la base du système raciste d’Apartheid qui nie les droits nationaux du peuple palestinien ? Pire, les organisateurs de Tanjazz souhaitent-ils ainsi contribuer à étendre cette normalisation jusqu’au Maroc ?

Cette invitation constitue un défi au peuple marocain qui a développé depuis des décennies un large mouvement de soutien au peuple palestinien ! Nous exigeons des autorités marocaines de se conformer à leurs engagements internationaux en interdisant toute forme de collaboration avec les occupants de la Palestine tant que cet État ne se plie pas aux obligations résultant du droit international et en premier lieu le respect du droit à l’autodétermination du peuple palestinien. Et tant qu’il ne se conforme pas aux résolutions qui en découlent, et en particulier le droit au retour à leurs foyers des Palestiniens exilés. Noam n’est pas la bienvenue au Maroc. “

Voir aussi article Mobile Desk 

EuroPalestine

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) a dit à Anas ibn Malik : « Mon petit, si tu es capable, du matin au soir, de garder ton cœur pur de toute rancœur, alors fais-le. Cela fait partie de ma sounnah, et celui qui aime ma sounnah m’aime. »

    (Boukhari)

    • Cela voudrait-il dire que nous devons être la Oumma capable, du matin au soir, de garder son cœur pur de toute rancœur ? Cela voudrait-il dire que nous devrions être la Oumma de la tolérance, de la pondération, de l’ouverture et du juste milieu ? Si ces valeurs universelles ne correspondent pas à ce que nous sommes en vérité, sommes nous alors la Oumma du Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les musulmans indonésiens soutiennent les Rohingyas

Québec : deux hommes arrêtés pour avoir incendié la voiture du président du Centre culturel islamique