in

Hommage à Ghoufran Warasneh, la jeune journaliste palestinienne tuée trois semaines après Shireen Abu Akleh

Unies par le même destin tragique, mais aussi par la même passion pour le journalisme dont elles avaient fait un véritable sacerdoce – la première, aguerrie et expérimentée, ayant à son actif une belle carrière, la deuxième, très prometteuse, faisant ses premières armes au sein d’une radio – les Palestiniennes Shireen Abu Akleh et Ghoufran Warasneh ont été assassinées par l’armée d’occupation israélienne, à trois semaines d’intervalle.

Autres dénominateurs communs glaçants : c’est en exerçant leur métier sur le terrain, en Cisjordanie occupée, qu’elles sont toutes les deux tombées sous les tirs ciblés de snipers israéliens, gisant sur le sol, en sang, pendant de longues minutes insoutenables, au cours de deux mercredis funestes. C’était les 11 mai et 1er juin derniers.

L’hommage national rendu à Shireen Abu Akleh par une Palestine en deuil

En hommage à la jeune Ghoufran Warasneh, qui avait vaillamment repris le flambeau, avec une lueur d’espoir dans les yeux que ses trois mois d’incarcération dans des geôles infâmes n’avaient pas réussi à éteindre, nous diffusons cette vidéo poignante.

Publicité

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Que Dieu l’englobe de Son Infinie Miséricorde.
    Une nouvelle victime de la barbarie israélienne qui n’avait pour seul tort que celui d’exercer sa profession de façon pacifique. Israël n’a pas jugé utile d’ouvrir une enquête.
    Poursuivons et intensifions la campagne BDS !

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Hendaye : la restauratrice qui a refoulé une femme voilée sera poursuivie

La quête de sens en islam