in

L’ultra-sioniste Pamela Geller lance une campagne islamophobe dans le métro de New York

A chaque contrée ses activistes islamophobes pleins de hargne, qui tirent à boulets rouges sur l’islam au nom de la cause suprême, Israël,  de manière sournoise pour certains, et ouvertement revendiquée pour d'autres, à l’instar de la furieuse et très voyante figure de proue américaine du mouvement anti-musulman : l’ultra-sioniste Pamela Geller.

A la tête de « Halte à l'islamisation de l'Amérique» (tout un programme !), maniant la désinformation grossière et les amalgames outranciers avec la fougue militante qui l’anime, et après avoir pris le leadership enragé de la protestation contre la construction de la mosquée près de Ground Zero, voilà que celle qui pourrait faire de l’ombre à Fourest en matière de mensonges, et à Charlie Hebdo en matière de coup médiatique incendiaire, lance une campagne d’affichage ignoble dans le métro de New York.

Des «sauvages», les musulmans qui prêchent le djihad ? C'est ce qu'affirme en toutes lettres le slogan mis en exergue sur des affiches proprement hallucinantes, accompagné d’un message de soutien franc et massif à la terre promise qui sonne comme un cri de guerre :  «Dans toute guerre opposant l'homme civilisé au sauvage, soutenez l'homme civilisé. Soutenez Israël, faites échouer le djihad» pourront lire, dès lundi, les New Yorkais, sur des panneaux entièrement recouverts de la haine de l'islam.

Il faudrait presque se pincer pour croire qu’une telle campagne a été autorisée à se répandre dans le métro de New York, et à exposer à la vue de tous une déclaration de guerre qui glace le sang. Et pourtant…

Ce qui dépasse l’entendement, outre la portée désastreuse d’une telle opération commando financée par l’association conservatrice l'AFDI (Initiative américaine pour la défense de la liberté), c’est le feu vert donné par la justice pour qu’elle impose son diktat à  l'autorité de tutelle du métro New-Yorkais, au nom de la… « liberté d'expression » ! Mais de quelle liberté s’agit-il, de celle d’électriser les esprits des justiciables en toute légalité?

La justice New Yorkaise serait-elle à ce point sous influence qu’elle cautionne la campagne  de pyromanes, à qui, comme à Israël, on accorde une prime à l’impunité pour sévir, quelques jours à peine après l’incendie criminel provoqué par le film anti-islam ?

«Je pense que toute guerre menée contre des civils innocents est une sauvagerie», s’est exclamée Pamela Geller sur CNN. C’est l’hôpital qui se moque de la charité, mais attendre la vérité de la part d’une propagandiste en mission commandée sur la sauvagerie des crimes de guerre perpétrés par l’armée israélienne, lors de l’invasion sauvage « Plomb durci » de décembre 2008, serait totalement illusoire.

"Je ne renoncerai pas à ma (liberté de) parole juste pour ne pas offenser des sauvages", a-t-elle menacé. Des Etats-Unis à la France, le ver islamophobe est dans le fruit de la liberté d’expression, et l’on peut être sûr qu’il ne fera qu’une bouchée de ses vertus sacralisées,  si personne ne fixe des limites  à la liberté de se déchaîner contre l'islam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook, ce briseur de ménage dans le monde, et en Algérie aussi…

Julie Lescaut l’islamophobe, vue par Le Petit Journal