in ,

Londres : une jeune employée musulmane du BTP crée deux tenues de travail “islamiquement correctes”

Figure de proue de la féminisation en douceur du secteur très viril du Bâtiment, la Londonienne Leena Begum, revêtue de son hijab noir, a su s’imposer avec tact et intelligence dans ce qui reste l’un des bastions masculins par excellence du monde du travail, près des rives de la Tamise.

Dans cet univers professionnel où la culture de chantier demeure l’apanage du sexe fort, la jeune coordonnatrice musulmane de la santé, de la sécurité et du bien-être qui œuvre, avec passion et rigueur, au méga-projet du super-égoût de Londres, baptisé le « Thames Tideway Tunnel » et long de 25 km au final, a laissé parler sa fibre créative au service de ses coreligionnaires.

Sous son crayon bien affûté et encouragée par ses collègues musulmanes qui se frayent un chemin lentement mais sûrement dans le BTP, à la faveur de la politique de diversité mise en œuvre par différentes entreprises britanniques, elle a dessiné des tenues de travail innovantes qui présentent le double avantage d’être « islamiquement correctes » et conformes aux normes de sécurité en vigueur.

Deux de ses croquis ont particulièrement retenu l’attention de son supérieur hiérarchique, Neil Hancox, et du PDG de Tideway, Andy Mitchell, lequel se fait le chantre de l’intégration des femmes, de toutes origines et confessions, dans le bâtiment en général, et dans le vaste chantier de renforcement et de modernisation du réseau d’égouts de Londres en particulier, dont il est l’un des maîtres d’œuvre.

Voyant d’un bon œil la confection de vêtements conçus sur mesure pour ses employées musulmanes, Andy Mitchell considère qu’ils s’inscrivent dans la continuité de ceux créés récemment pour la gent féminine évoluant dans le secteur de la construction, homologués par l’Equipement de Protection Individuel (EPI) lors de la grande Semaine nationale de l’inclusion professionnelle.

« En tant que femme musulmane travaillant dans le BTP, j’ai réalisé, à l’épreuve du terrain, combien il était difficile de rester fidèle à mes valeurs religieuses, tout en respectant les exigences en matière de santé et de sécurité sur un chantier de construction », a expliqué Leena Begum, en ne cachant pas sa joie d’avoir su convaincre sa direction de donner forme et vie à ses esquisses couchées sur le papier.

« Je suis tellement fier du soutien que l’équipe Tideway a immédiatement apporté à Leena ! Son idée formidable peut nous aider à résoudre un problème qui a été trop longtemps négligé et à changer le regard que les gens portent sur notre industrie », a déclaré Neil Hancox, intarissable d’éloges envers son employée modèle, pleine de ressources.

« J’ai reçu des encouragements de la part de mes collègues musulmanes, mais aussi non musulmanes. J’espère tellement que cela aidera à promouvoir l’image de la construction en tant qu’industrie inclusive et diversifiée où il fait bon travailler », a souligné, pour sa part, Leena Begum, avec un large sourire.

Soucieuse de l’intérêt général, elle est visiblement heureuse que son désir de privilégier les intérêts particuliers de ses coreligionnaires ait permis de resserrer les liens, comme rarement, avec l’ensemble des ouvriers, femmes et hommes, affectés au grand chantier de Londres, qui se sont tous définitivement ralliés à sa cause.

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Cette jeune fille est un exemple.
    Quand la femme n’est pas envahie par le dicta de la pensée humaine , elle trouve toujours des solutions dans le cadre du commun des mortels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rachid Nekkaz violemment agressé par le fils de Saïdani, l’ex-patron du FLN

Reportage France 2: Israël les enfants enlevés