in

Lidl et Hugo Boss accusés de profiter du travail forcé de la minorité musulmane ouïghoure en Chine

Des militants pour les droits humains ont annoncé lundi 6 septembre le dépôt d’une plainte en Allemagne contre plusieurs entreprises, dont Lidl et Hugo Boss, qu’ils accusent de « profiter » du travail forcé de membres de la minorité musulmane ouïghour en Chine.

Le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (ECCHR), une ONG basée à Berlin, a indiqué avoir « porté plainte contre plusieurs entreprises allemandes » pour « complicité présumée de crimes contre l’humanité ». Sont visées les chaînes d’habillement Hugo Boss et C&A, et les chaînes de magasins Lidl, Aldi Nord et Aldi Sud. L’association reproche à ces entreprises de « profiter et se rendre complice, directement ou indirectement, du travail forcé de la minorité ouïghour dans le Xinjiang » (ouest).

Pékin est accusé par les pays occidentaux d’enfermer massivement les membres de cette communauté à majorité musulmane et turcophone de l’ouest de la Chine, dans de vastes camps de travail. Or, les entreprises visées par la plainte disposent d’usines d’approvisionnement dans la région, qu’elles ont « publiquement et volontairement déclarées », commente Miriam Saage-Maass, la directrice de l’ECCHR. L’ONG affirme toutefois qu’il est difficile d’obtenir des preuves tangibles de recours au travail forcé.

Capital

Publicité
Publicité
Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les dérives de la CIA: l’affaire Khaled El-Masri

Attaque Nouvelle-Zélande : « Ce n’est pas ça notre religion ! », se sont indignés les citoyens musulmans