in

Lidl et Hugo Boss accusés de profiter du travail forcé de la minorité musulmane ouïghoure en Chine

Des militants pour les droits humains ont annoncé lundi 6 septembre le dépôt d’une plainte en Allemagne contre plusieurs entreprises, dont Lidl et Hugo Boss, qu’ils accusent de “profiter” du travail forcé de membres de la minorité musulmane ouïghour en Chine.

Le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (ECCHR), une ONG basée à Berlin, a indiqué avoir “porté plainte contre plusieurs entreprises allemandes” pour “complicité présumée de crimes contre l’humanité”. Sont visées les chaînes d’habillement Hugo Boss et C&A, et les chaînes de magasins Lidl, Aldi Nord et Aldi Sud. L’association reproche à ces entreprises de “profiter et se rendre complice, directement ou indirectement, du travail forcé de la minorité ouïghour dans le Xinjiang” (ouest).

Pékin est accusé par les pays occidentaux d’enfermer massivement les membres de cette communauté à majorité musulmane et turcophone de l’ouest de la Chine, dans de vastes camps de travail. Or, les entreprises visées par la plainte disposent d’usines d’approvisionnement dans la région, qu’elles ont “publiquement et volontairement déclarées”, commente Miriam Saage-Maass, la directrice de l’ECCHR. L’ONG affirme toutefois qu’il est difficile d’obtenir des preuves tangibles de recours au travail forcé.

Capital

Publicité

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les dérives de la CIA: l’affaire Khaled El-Masri

Attaque Nouvelle-Zélande : « Ce n’est pas ça notre religion ! », se sont indignés les citoyens musulmans