in

Les policières voilées font leur entrée dans la police du Minnesota

Faire carrière dans la police lorsque l’on est femme, musulmane et voilée, ne sera plus un rêve inaccessible pour de nombreuses postulantes du Minnesota. Nombre d’entre elles s’étaient, au fil du temps, résignées à voir leur vocation contrariée, jusqu’à ce jour récent où leurs espoirs brisés ont été ravivés, à la faveur de la nouvelle politique d’intégration menée par la police du comté. Une vraie révolution !

L’influente association américano-islamique CAIR ne s’y est pas trompée. Elle a été, en effet, la première à se réjouir publiquement de la grande avancée que constitue le recrutement d’agents de police féminins en hijab, dans les métropoles de Minneapolis et de Saint Paul, louant l’esprit d’ouverture qui a animé celui qui a à la fois œuvré en faveur de la parité hommes-femmes, et permis de concilier le port de l’uniforme et du voile : Adam Smith, le chef de la police en personne.

Nous adressons nos sincères félicitations au chef Smith, ainsi qu’à tout le Service de police de Saint-Paul qui contribuent à créer les conditions favorables à l’insertion d’employées musulmanes. Cette décision, à marquer d’une pierre blanche, va permettre à nombre de femmes musulmanes d’envisager de servir au mieux leur communauté et la collectivité tout entière grâce à leurs fonctions dédiées au maintien de l’ordre et à l’application de la loi“, a déclaré Lori Saroya, directrice exécutif du CAIR.

Elle incarne le visage radieux de cette intégration réussie, Kadra Mohamed, 21 ans, future icône des américaines musulmanes qui réussissent avec brio à être sur tous les fronts, sans rien renier de leurs valeurs, a été récemment mise à l’honneur. Elle entre par la grande porte dans l’histoire de la police de Saint Paul, en sa qualité de première femme officier d’origine somalienne et voilée à rejoindre ses  rangs.

Publicité

Je veux être un bon modèle pour les autres, en particulier pour les femmes somaliennes“, a-t-elle confié très émue. Elle est pleinement consciente de ses devoirs et obligations, non seulement vis-à-vis de ses supérieurs qui ont placé une grande confiance en elle, mais aussi de sa communauté de foi pour qui elle est un exemple à suivre.

Grâce à sa persévérance et sa détermination, l’intégration du hijab au sein de l’institution policière a fait son chemin dans les esprits des haut-gradés du comté. La jeune femme, qui n’était alors que simple élève officier mais déjà très prometteuse, n’a pas craint de soumettre plusieurs requêtes pour obtenir le droit de remplir sa mission voilée.

En décembre dernier, Kadra Mohamed a eu l’immense satisfaction de voir son vœu le plus cher exaucé. La police de Saint Paul a, en effet, décidé de s’inspirer de l’exemple de la police d’Edmonton, au Canada, qui fait figure de précurseur en matière de voile adapté à l’uniforme. C’est ce hijab unique, conçu sur mesure pour les femmes policières musulmanes, qui a été arboré fièrement par la nouvelle recrue des forces de l’ordre Saint Paul, lors d’une cérémonie de remise de diplômes en grande pompe.

Publicité

 

Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Entièrement en DÉSACOR!!!
    1- Quand il y a eu grève policière avec le port du PYJAMA, on a fait une LOIE pour respecter le port de l’uniforme et en garder un RESPECT de l’Uniforme…
    2- Il me semble de voir les Garde de la Reine dans leurs petite cabane fusil sur l’épaule et chapeau de poil remplacer par un Turban….HHiiiiiiiiiiii
    3- Ou bien encore tan qua faire Remplacer les Cheval de la Police monté par des CHAMEAUX.
    Désoler mes ce sont des traditions et un respect envers Notre histoire, nos générations.
    Sapin, Crèche, Noel, Cabane à sucre…Je ne suis pas raciste, mais avant longtemps on va voir la police se promener en TAPIS VOLANT!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Une collégienne musulmane du Nevada remporte un grand concours d’orthographe

Aidez Renovo, l’association qui prépare les élèves aux grandes écoles