in

Les musulmans britanniques accablés par la nouvelle agression odieuse d’une femme voilée

Céder à la psychose n’est certes pas la panacée pour juguler l’hémorragie d’agressions islamophobes Outre-Manche, mais il n’est pas aisé d’y résister quand le danger semble guetter désormais à chaque coin de rue, faisant de chaque déplacement un parcours incertain et particulièrement anxiogène.

Ce n’est pas l’atrocité de la nouvelle attaque d’une femme voilée, à Mayfair, dans le quartier londonien de la Cité de Westminster, qui va apaiser l’angoisse palpable qui a étreint la communauté musulmane britannique, au fur et à mesure que des mosquées ou des fidèles ont été la cible d’incendiaires, de poseurs de bombes, ou de barbares assoiffés de vengeance, depuis l'assassinat du soldat Lee Rigby à Woolwich.

Aux premières lueurs de l’aube, en ce début du mois d’août, alors qu’elle rentrait tranquillement chez elle après Suhur pris avec des amis, une femme de 55 ans a été sauvagement brutalisée par un inconnu qui a foncé sur elle par derrière, la frappant à plusieurs reprises et avec une violence inouïe dans le dos et sur la tête.

S’écroulant sous la pluie de coups, elle tomba en premier face contre terre, tandis que son agresseur s’est acharné contre elle, tout en hurlant des insultes contre l’ensemble des musulmans, l’islam et le Ramadan. Hors de lui, celui-ci saisit alors son foulard qui était descendu au niveau de son cou, et se mit à la traîner ainsi sur le trottoir pendant plusieurs mètres, au risque de l’étrangler.

En sang, la malheureuse femme gisait au sol, tandis que l’homme avait du sang sur les mains, au sens propre et presque au figuré, et avant de déguerpir comme tout lâche qui se respecte, ce dernier l’a violemment giflée pour l’achever, lui laissant une marque rouge sang sur le visage. Ce coup de trop l’assomma et la plongea dans l’inconscience, et c’est étendue de tout son long, abandonnée à son triste sort sur le trottoir, qu’elle fut découverte par des promeneurs matinaux et transférée d’urgence à l’hôpital le plus proche. Hors de danger, son cas reste cependant préoccupant et pourrait nécessiter une intervention chirurgicale délicate au visage.

Une enquête policière a été diligentée, et l’Islamic Human Rights Commission a été saisie de l’affaire, résolue à mettre hors d’état de nuire le dangereux islamophobe qui court toujours dans la nature.

* la photo ci-dessus est extraite d'une caméra de surveillance qui a filmé dans son intégralité la terrible agression d'une jeune fille voilée, là encore à Londres, en novembre 2012, laissant la victime étendue sur le sol, inanimée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La date de l’Aid El-fitr sera communiquée mercerdi soir Inchallah

Karim Achoui : “La LDJM est la force judiciaire dont le combat contre l’islamophobie avait besoin”