in

Le voile interdit à l’université ? Une préconisation du Haut conseil de l’Intégration

Jusqu’à quels confins du territoire national vont s’étendre l’invisibilité des musulmans et la violation d’une liberté individuelle fondamentale, au nom d’une neutralité religieuse dogmatique et agressive qui n’a cure de dévoyer la loi de 1905 ?

Les étudiantes voilées devront-elles à leur tour montrer patte blanche dans l’enceinte universitaire en retirant le foulard honni que la République ne saurait voir ni dans ses écoles, ni dans ses crèches, ni dans son temple législatif, et encore moins coiffant les mères d’élèves, tout juste le tolère-t-elle à ses coins de rue, et pour combien de temps encore ? On peut le craindre si l’on en juge par les dernières préconisations émises par le Haut conseil à l’Intégration (HCI) qui vont dans le sens du vent, celui qui balaye la liberté de conscience et décoiffe les musulmanes à coups de lois liberticides, et qui cherche à présent à s’engouffrer dans les établissement publics d’enseignement supérieur.

Drapé dans une sagesse au-dessus de tout soupçon, le HCI invoque des raisons impérieuses pour légitimer l’interdiction du voile dans les amphithéâtres du savoir, en usant de l’artifice éculé qui consiste à proscrire «tous les signes et tenues manifestant ostensiblement une appartenance religieuse» pour n’en ostraciser qu’un seul, toujours le même…

Selon Le Monde, le Haut conseil a mis en avant de «nombreux contentieux intervenus dans tous les secteurs de la vie universitaire» pour justifier l'injustifiable, et tout en se référant à la loi du 15 mars 2004, considérée comme exemplaire, s’est fait fort de dresser un état des lieux accablant, insistant sur le «malaise d'enseignants» face à ces «symptômes de la montée de revendications identitaires». On l'aura compris, la seule issue étant de légiférer à tout prix et sans réserve contre… les étudiantes revêtues du voile !

Remis en avril à Jean-Louis Bianco, président du nouvel Observatoire national de la Laïcité, ce rapport discriminatoire qui préconise, sans sourciller, d’exclure de la sphère universitaire les musulmanes voilées, réduisant ainsi un peu plus l’espace de leurs droits et de leurs libertés individuelles, a suscité « l’incompréhension » de ce dernier, qui se désolidarise des conclusions qui y figurent.

"Ce rapport n’engage que la mission laïcité du HCI qui n’est plus en fonction. Cette question du port du foulard dans l’enseignement supérieur n’est pas à ce stade dans le plan de travail de l’observatoire de la laïcité", a indiqué Jean-Louis BiancoDont acte, en espérant que ces recommandations aux airs d’injonctions ne viendront pas empester l’air suffisamment malsain de l’Hexagone à l’approche de 2014 et de la ruée démagogique vers les mairies de nos villes et nos villages…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des Algériens mangent et boivent en public en plein Ramadan

Maroc : L’espion pédophile qui venait de Bassora