in

Le “cas par cas” de Benoît Hamon dans l’interdiction de sorties scolaires faite aux mamans voilées

Réclamée à cor et à cri par le Collectif « Sorties scolaires : avec Nous ! » et par toutes les mères d’élèves voilées injustement ostracisées depuis mars 2002, l’abrogation pure et simple de la circulaire Chatel, qui a étendu le principe de neutralité jusqu’à faire injure aux valeurs républicaines, n’est manifestement pas à l’ordre du jour de Benoît Hamon, le ministre fraîchement promu de l’Education nationale, lequel préfère entretenir un flou artistique dans le règlement des sorties scolaires plutôt que de trancher en faveur des centaines de mamans humiliées.

Au micro de RMC, l’un des ministres du « gouvernement de combat » placé sous la houlette de celui qui a déclaré la guerre au hijab, Manuel Valls, a opté ce matin sans grande surprise pour le très pratique « cas par cas » qui ne solutionne rien, mais permet à la mise à l’index des mamans voilées d’avoir encore de beaux jours devant elle…

"Il faut regarder au cas par cas, et faire preuve de discernement", a déclaré Benoît Hamon, usant d’une langue de bois dont s’était départi le conseil d’Etat en 2013, qui avait alors considéré que la charte de la laïcité sortie du chapeau de son prédécesseur Vincent Peillon ne s’imposait pas aux parents accompagnateurs.

Les ministres passent et la sanction arbitraire n’est toujours pas abolie, à la consternation du Collectif « Sorties scolaires : avec Nous ! » qui exhorte à « l’égalité de tous les parents », une revendication pour le moins élémentaire et légitime au pays des droits de l’homme ou du moins ce qu’il en reste, et qui reçoit pour toute réponse la triste confirmation que l’hostilité anti-voile transcende les clivages politiques, faisant l’union sacrée sur l’autel de la loi de 1905 et de ses grands principes fondateurs, inaliénables en théorie seulement.

"J'ai l'impression qu'il ne comprend pas ce qui se passe sur le terrain. On a l'impression que, pour lui, seules les mères qui posent problème ne peuvent plus accompagner les enfants. Mais pas seulement", a commenté perplexe Khadija Souiri auprès du Figaro, après avoir tenté de décrypter l’intervention de Benoît Hamon, repartant de plus belle au combat contre la circulaire Chatel qui réussit le tour de force de mettre toute la classe politique d’accord. Un exploit dont la France a plus à rougir qu'à s'enorgueillir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Demba Ba, la star de Chelsea, finance la construction d’une mosquée au Sénégal

Deux poids, deux mesures pour les citoyens d’Israël