in

La fascination de Napoléon pour le Prophète Muhammad

Dernière partie de l’entretien avec l’historien John Tolan, auteur du livre “Mahomet l’Européen. Histoire des représentations du Prophète en Occident” paru aux éditions Albin Michel. Johan Tolan explique pourquoi Napoléon admirait le Prophète Muhammad (saws) auquel il s’identifiait, comme le prouvent ses écrits.

Cliquez ici pour commander le livre sur Lagofa

La fascination de Napoléon pour le Prophète Muhammad

La fascination de Napoléon pour le Prophète MuhammadDernière partie de l'entretien avec l'historien John Tolan, auteur du livre “Mahomet l’Européen. Histoire des représentations du Prophète en Occident” paru aux éditions Albin Michel. Johan Tolan explique pourquoi Napoléon admirait le Prophète Muhammad (saws) auquel il s'identifiait, comme le prouvent ses écrits.

Publicité

Publiée par Oumma.com sur Mardi 8 janvier 2019

Cliquez ici pour commander le livre sur Lagofa

Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Napoléon à Saint Hélène:

    “Vous parlez de Confucius, de Zoroastre, de Numa, de Jupiter et de Mahomet; mais il y a entre eux et le Christ cette différence que de même que tout ce qu’il a fait est d’un Dieu, il n’est rien chez eux au contraire qui ne soit d’un homme. L’action de ces mortels fut bornée à leur vie, et ce fut, de leur vivant, qu’ils établirent leur culte à l’aide des passions, avec la force et à la faveur des événements politiques.

    Le christ attend tout de sa mort : est-ce là l’invention d’un homme? non, non, c’est au contraire une marche étrange , une confiance suresprit, fût autre chose qu’un sophiste ! Mais, où Jésus avoit il pris parmi les siens cette morale élevée et pure, dont lui seul a donné les leçons et l’exemple ? Du sein du plus furieux fanatisme, la plus haute sagesse se fit entendre et la simplicité des plus héroïques vertus honora un peuple tout matériel. La mort de Socrate philosophant tranquillement avec ses amis , est la plus douce qu’on puisse désirer. Celle de Jésus expirant dans les tourments, injurié, raillé, maudit de tout un peuple, est la plus horrible qu’on puisse craindre. Socrate prenant la coupe empoisonnée bénit celui qui la lui présente et qui pleure. Jésus au milieu d’un supplice affreux , prie pour ses bourreaux acharnés. Oui, si la vie et la mort de Socrate sont d’un sage, la vie et la mort de Jésus sont d’un Dieu. Dironsnous que l’histoire de l’Évangile est inventée à plaisir ; non, ce n’est pas ainsi que l’on invente, et les faits de Socrate, dont personne ne doute, sont moins attestés que ceux de Jésus Christ. Au fond, c’est reculer la difficulté sans la détruire. Il seroit plus inconcevable que plusieurs hommes d’accord, eussent fabriqué ce livre qu’il ne l’est qu’un seul en ait fourni le sujet. Jamais des auteurs Juifs n’eussent trouvé ni ce ton, ni celte morale ; et l’Évangile a des caractères de vérité si grands, si frappants, si parfaitement lui mitables, que l’inventeur en seroit plus étonnant que le héros …”
    Sentiments de Napoléon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Les banlieues sont-elles gilets jaunes?

Exode massif des médecins algériens vers l’étranger