in

Le Mossad israélien et ses alliés saoudiens «modérés»

Cette semaine, dans le journal Haaretz, l’article de l’ancien directeur du Mossad Shabtai Shavit donnait des indications utiles sur la pensée et la stratégie d’un certain segment très influent des élites sionistes libérales.

Dans mon précédent article, j’ai examiné ce que Shavit avait à dire sur la campagne BDS, le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël, dirigé par des Palestiniens. L’ancien chef de l’espionnage estimait que le BDS faisait partie de « la masse critique des menaces à notre encontre ».

Un second aspect remarquable de l’article, c’est qu’il argumentait explicitement en faveur d’une alliance ouverte avec des dictatures tyranniques, financées par les États-Unis, dans le Moyen-Orient, et « dirigées par l’Arabie saoudite et l’Égypte ». De façon grotesque, Shavit qualifie ces régimes oppressifs d’« États arabes modérés ».

Quelle mauvaise plaisanterie ! La monarchie absolue de l’Arabie saoudite est le pire État intégriste islamique, le plus fanatique et le plus puissant au monde. Des décennies de soutien solide des États-Unis et du Royaume-Uni à l’égard de ce régime despotique rendent ridicule la prétention de l’Occident de vouloir combattre les forces du sectarisme et de l’intégrisme religieux quand il part en guerre contre l’« État islamique » en Syrie et en Irak, ou contre les Talibans en Afghanistan.

En fait, les États-Unis et le Royaume-Uni ne s’opposent à ces entités que pour des raisons cyniques de pouvoir – c’est un fait qu’elles constituent de petites menaces, mais bien réelles, contre l’hégémonie régionale des États-Unis. Le régime saoudien a la même idéologie que l’« État islamique », mais avec une stratégie différente, pro-américaine.

Voici quelques mois, le chercheur et militant saoudien dissident Faud al-Ibrahim a démontré dans un article important publié dans le journal libanais al-Akhbar que le groupe « État islamique » partage exactement la même vision déformée de l’Islam que l’État saoudien, le wahhabisme.

Bien qu’al-Qaïda et après lui l’« État islamique » rejettent aujourd’hui l’État saoudien, cette querelle porte sur des différences avant tout mineures et/ou tactiques plutôt que théologiques ou idéologiques. Ces opposants « l’ont critiqué [Ibn Saoud, fondateur de l’État] parce qu’il avait négligé l’obligation de djihad » et qu’il avait introduit des innovations [bidah] comme la transmission sans fil et le télégraphe dans le pays de l’Islam ».

En outre, « les sites internet de l’État islamique (…) révèlent l’identité idéologique du groupe (…), les écrits de Mohammed ibn Abdelwahhab [cofondateur de l’État saoudien], comme Le livre de l’unicité, L’élucidation des équivoques, Les détracteurs de l’islam et autres, sont distribués dans les zones sous contrôle de l’État islamique et sont enseignés et expliqués dans des classes religieuses privées tenues par le département éducatif de l’organisation ».

Voilà le type de régime que les élites « libérales » israéliennes comme Shavit considèrent comme « modéré » – un régime aux bases idéologiques identiques à celles des tueurs fanatiques du prétendu État islamique.

L’Arabie saoudite est un État « modéré » qui n’a aucune liberté d’expression, condamne à mort ceux qui le critiques et ceux de sectes opposées, où les femmes sont privées des droits les plus élémentaires, où les travailleurs immigrés sont traités comme des esclaves et punis de centaines de coups de fouet, et où la peine capitale (pour de prétendus délits comme le trafic de drogue ou la « sorcellerie ») est appliquée par décapitation (en grande partie à l’instar de ce qui se fait dans les zones contrôlées par l’État islamique). La liste des abus est interminable.

Voilà le type de despotisme fanatique que les fanatiques sionistes comme Shavit veulent que nous considérions comme « modéré ». Rien ne pourrait mieux démontrer à quel point le terme s’est politisé dans le discours occidental usuel.

Dans son article d’opinion, Shavit prétend qu’Israël devrait renvoyer les exigences internationales en faveur des droits palestiniens en se servant de nouvelles négociations régionales dirigées par les régimes despotiques saoudien et égyptien. Le point essentiel de cette alliance renouvelée serait de faire en sorte que les Palestiniens se retrouvent totalement seuls à négocier. Israël devrait « ouvrir un canal secret de dialogue avec les États-Unis afin d’examiner cette idée », insiste Shavit.

J’ai prétendu antérieurement que ces quelques dernières années, une alliance de plus en plus ouverte entre les Israéliens et les Saoudiens se mettait en place. L’alliance représente ce que j’appelle une « contre-révolution permanente » dans la région.

Tant que les régimes despotiques saoudien et israélien n’auront pas été renversés, toute forme de progrès vers une vraie démocratie et une autodétermination économique dans le monde arabe sera susceptible d’être étouffée dans l’œuf – comme nous l’avons vu en 2011, lorsque l’argent saoudien et l’activisme diplomatique israélien se sont déployés dans la région afin de stopper les soulèvements populaires contre des dictatures soutenues par l’Occident.

Middle East Monitor 
 Traduction Info-Palestine – JM Flémal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tunisie: Béji Caïd Essebsi remporte nettement l’élection présidentielle avec 55,68 % (vidéo)

Fourest et l’islamophobie: La forfaiture intellectuelle a encore frappé