in

Le monde musulman est affublé d’une « image de pays à risque » selon une nouvelle étude d’opinion

Notre époque désorientée, qui semble courir à perdre haleine après ses valeurs cardinales, a trouvé sa nouvelle boussole : les études d’opinion. Que ferait-on sans ces marqueurs essentiels du quotidien et de ses grandes tendances, qui prennent le pouls, photographient, et jaugent les perceptions des français, tout en leur indiquant le Nord ?

L’heure est sondagière en diable, et la poule aux œufs d’or est une thématique très prolifique : l’islam, les musulmans et le monde arabe. La conjonction des deux donne lieu à des sondages en chaîne, inépuisables, déclinables, exportables, dont l’alarmisme est le dénominateur commun.

Les panels censés être représentatifs se suivent, et la peur de l’islam, de l’islamisme, et de l’intégrisme est toujours aussi palpable et sans l’once d’un début de discernement. Ce n’est pas la récente enquête réalisée auprès de 1 000 internautes français par le groupe GFK, spécialisé dans les études et le marketing pour l’industrie, qui sera l’éclaircie tant attendue.

Mis dans le même panier, tous les pays du monde musulman souffrent d’une perception de “pays à risque“, les trois contrées jugées les plus sûres étant les Emirats Arabes Unis, le Maroc et la Turquie, mais elles dépassent à peine les 50% d’opinion positive. Telle est la tonalité de ce nouveau baromètre d’image, dont on peut tirer deux enseignements majeurs : il ne va certes pas contribuer à révolutionner les mentalités, et ses conclusions, très révélatrices de la diabolisation de l’islam, maintenue sous pression et sous haute influence, à la fois politique, médiatique, mais aussi sondagière, s’inscrivent idéalement dans l’air du temps…

73% de Français jugent qu’il est risqué d’aller en Egypte et 67% pensent la même chose pour la Tunisie. Pour le reste, 71% des Français déclarent qu’il est risqué de se rendre au Liban, 70% en Syrie, 63% en Jordanie, 62% à Oman, 49% en Turquie et 47% au Maroc. En revanche, quand la situation se sera arrangée, le Maroc et la Turquie seront les premières destinations privilégiées, l’Egypte, la Jordanie et la Tunisie risquant de “fortement souffrir sur le court terme mais leur notoriété et leur attractivité naturelle leur permettront de se relever sur le moyen terme” commente GFK.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une affiche dénonçant la prière des musulmans au sein d’une entreprise automobile, entre rumeurs et contrevérités

Jacques Vergès kärchérise la politique de Sarkozy et BHL le « vrai ministre des Affaires étrangères »