in

Jacques Vergès kärchérise la politique de Sarkozy et BHL le « vrai ministre des Affaires étrangères »

On pourrait dire de lui qu’il est l’avocat du diable le plus célèbre de France. Les années ne semblent pas avoir de prise sur le fringant octogénaire franco-algérien Jacques Vergès, dont l’image sulfureuse de défenseur des causes indéfendables et de fervent militant de l’anticolonialisme est ancrée dans la mémoire collective.

Ne craignant pas de faire des vagues, l’homme au cigare excelle dans la nage à contre-courant, qui l’a conduit, à 86 printemps, à tenter une fois de plus le diable en prenant fait et cause, avec son comparse Roland Dumas, pour le président le plus controversé du moment : l’ivoirien Laurent Gbagbo.

Il a quitté les prétoires pour une autre scène déclamative, celle d’un théâtre dans le cadre de son onemanshow Serial Plaideur, l’avocat mué en saltimbanque a choisi le ton du réquisitoire pour kärchériser la politique étrangère belliqueuse de Sarkozy, et éclabousser BHL, le drôle de zèbre de l’ingérence à la française, raillé comme le “véritable ministre des Affaires étrangères” parti voir “les zigotos libyens qui lui ont dit on est en pleine insurrection“…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le monde musulman est affublé d’une « image de pays à risque » selon une nouvelle étude d’opinion

Lettre ouverte à M. Platini