in

Le FN renfloué grâce à « A vous de juger » sur France 2

A quoi cela tient tout de même la renaissance d’un nationalisme moribond, exsangue et divisé, orphelin de son père fondateur contraint de jeter l’éponge à l’âge de la grande maturité, et sur lequel rares sont ceux qui auraient misé après la secousse sismique de 2002 !

Le FN, car il s’agit bien du parti régenté par la dynastie des Le Pen, doit sa revivification publique et pécuniaire à l’intervention quasi miraculeuse de deux facteurs extérieurs : Nicolas Sarkozy, le « président de l’ouverture », lequel à force de ratisser large, a pour de bon remis en selle l’extrême droite française sur un fougueux destrier, mais plus surprenant encore à une émission politique, qui a quelque peu dévié de son concept initial.

La résurgence d’un populisme, dont chacun s’accordait à dire en 2002 « plus jamais ça ! », ne laisse personne indifférent, et a piqué la curiosité d’un journaliste du site OWNI. Ainsi, l’émission « A vous de juger » animée par Arlette Chabot, le 9 décembre 2010, a non seulement offert à Marine Le Pen une formidable tribune, mais également une plateforme d’appels aux dons inespérée…

Arrivant à point nommé pour l’héritière qui n’était alors que candidate à la présidence du parti, le débat à forte audience de France 2 allait contribuer à renforcer sa légitimité, tout en renflouant les caisses stagnant dans le rouge. Un joli doublé ! Il faut dire que l’ancien siège de Saint Cloud n’avait pas trouvé acquéreur, et qu’avec l’échec cuisant des législatives de 2007 s’était envolé l’espoir de recevoir des subventions publiques substantielles.

Bon sang ne saurait mentir, et marchant sur les traces du patriarche, Marine Le Pen a pulvérisé la courbe de l’audimat, rassemblant 3,356 millions de téléspectateurs, qui étaient autant d’électeurs et de généreux donateurs potentiels.

Une aubaine en or que celle qui est, depuis, aux manettes du FN, a saisi avec avidité et cupidité, s’autorisant, avec la bienveillante caution d’Arlette Chabot, un espace publicitaire : « venez nous rejoindre, y’a qu’un clic à faire, vous venez sur le site et vous nous rejoignez. Et en plus il vous reste 24 heures si vous voulez participez à l’élection du président ou de la future présidente du Front national ».

Et ce soir là, le site du FN a résonné de clics comme jamais, les bienfaiteurs affluant de toutes parts, à hauteur de 350 000 euros !

A quoi cela tient la réapparition sur le devant de la scène d’un nationalisme que nombreux sont ceux qui avaient enseveli sous les cendres en 2002, et qui, aujourd’hui, revigoré avec ses 44 000 adhérents, chahute l’un des principaux artisans de sa montée en puissance, Nicolas Sarkozy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le butin de Leïla Trabelsi : 1 000 paires de chaussures de luxe

Documentaire sur la montée de l’Islam politique au début du XXe siècle