in

Le Brésil pourrait autoriser le port du hijab sur les photos d’identité

Alors que la France de toutes les permissivités s’autorise surtout à piétiner la loi de 1905 et à faire sauter les garde-fous d’un racisme anti-musulman obsessionnel, dans le plus grand pays catholique du monde, la laïcité éclairée se permet un compromis législatif respectueux de la différence religieuse et culturelle, et ce dans l’intérêt général.

Sur les traces de l’Argentine voisine, qui avait ouvert la voie en 2011 en promulguant une loi  protégeant le port du hidjab pour toutes les musulmanes qui l’arborent, l’immense Brésil pourrait adopter un texte de loi permettant à ses concitoyennes voilées de poser enfoulardées sur les photos d’identité, incluant le permis de conduire et le passeport.

La montée en puissance du géant d’Amérique Latine, qui peut se targuer de sa remarquable percée (6ème) dans le Top 10 des premières puissances mondiales, juste derrière la France, ne l’a pas étourdi au point de céder aux sirènes cyniques de l’islamophobie.

Le Brésil ne s'est pas mis à l'heure de la chasse aux sorcières contre  les nouveaux hérétiques du 21ème siècle, mais plutôt à l’élaboration d’un texte qui a déjà fait l’unanimité au sein de la police fédérale, loin du prisme de nos schémas de pensée franco-français qui percevrait cela comme une reddition devant l’islamisation de la société…

Ce projet de loi intervient après qu’une femme ait créé un précédent en refusant de se dévoiler sur la photo de son permis de conduire. De la plainte initiale qui a été déposée, le ministère de l’Intérieur brésilien en est arrivé à mûrir la proposition émise par la communauté musulmane de la localité de Foz do Iguaçu, d’où est originaire la conductrice voilée, afin d’étendre l’autorisation exceptionnelle qui lui a été accordée à l’ensemble du territoire.

En février dernier, le tribunal avait permis à une nonne de garder son voile sur la photo de son permis de conduire. Sous les cieux chrétiens du Brésil et de la France, la laïcité ne réchauffe pas les cœurs avec la même intensité, et si elle transperce la brume épaisse du sectarisme pour rayonner à Brasilia, à Paris, elle obscurcit de son dogmatisme, savamment orchestré, l’horizon de la Fille aînée de l’Eglise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un reportage de M6 sur la violence de la LDJ

Quelles solutions aux contraintes de la finance islamique ?