,

Laurent Fabius enjoint au discernement sur la burqa et le niqab

Dans l’œil d’un nouveau cyclone politico-médiatique, l’islam a fait un retour en force paroxystique sur le devant de la scène publique, après qu’une coalition de députés se soit engouffrée dans une brèche en or : le port de la burqa et du niqab sur le territoire national.

Quand bien même s’en défendent-ils avec autorité, en assénant les sempiternels arguments républicains, la volonté de stigmatiser l’islam et les musulmans dans un « remake du voile » semble le seul moteur de cette initiative parlementaire, qui aspire à faire force de loi.

Parmi les trop rares voix dissonantes qui s’élèvent avec une extrême prudence dans cette effervescence franco-française, le socialiste Laurent Fabius a alerté dimanche, au micro du Forum de Radio J, contre l’écueil d’une « mise en cause de la religion » musulmane à travers le débat national sur le voile intégral. Tout en soulignant sa réprobation du port de la burqa et du niqab au nom de « l’égalité des sexes », l’ancien Premier ministre de l’ère mitterrandienne a appelé à faire montre de discernement en se gardant de tout amalgame diabolisant l’islam.

Une recommandation inaudible pour ses soixante collègues de l’hémicycle signataires du projet d’enquête, à l’instar du député-maire UMP de Maison-Laffitte, Jacques Myard, dont la provocation goguenarde à la fin de l’émission de France 5 « C dans l’air » de vendredi dernier, renchérissant à une remarque peu opportune de Dounia Bouzar, résonne encore avec effroi à nos oreilles : « Je vous rejoindrai assez là-dessus, y compris pour celles qui se voilent, je me demande s’il n’y a pas un problème psychiatrique et psychanalitique »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *