in

L’Association France Palestine Solidarité se mobilise pour la campagne « Un bateau français pour Gaza »

Entérinée par le gouvernement égyptien, l’ouverture permanente du passage de Raffah constitue une avancée indéniable, mais qui ne peut pour autant exonérer Israël de son devoir de lever le blocus illégal de Gaza. L’Association France Palestine Solidarité, présidée par Jean-Claude Lefort, se réjouit de cette brèche politique arabe qui laisse filtrer une lueur d’espoir, tout en exigeant la fin de l’état de siège israélien.

« L’ouverture du passage de Rafah est une bonne nouvelle pour la population de Gaza et marque l’évolution de la politique égyptienne envers la Palestine depuis l’éviction de Hosni Moubarak. Toutefois, cette ouverture, qui ne concerne que les personnes et exclut les marchandises, ne permettra pas de répondre à l’urgence humanitaire à Gaza. Le blocus terrestre, aérien et maritime imposé par Israël à Gaza persiste bel et bien, en violation du droit international humanitaire et des accords d’Oslo I. » a déclaré Jean-Claude Lefort, président de l’AFPS.

Comme la Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, l’a indiqué en août 2009, le blocus de Gaza constitue une punition collective, ce qui est illégal aux termes de l’article 33 de la Quatrième Convention de Genève. Il viole par ailleurs la résolution 1860 du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui appelle formellement à la levée du siège. En outre, il ne respecte pas l’accord Gaza-Jericho du 4 mai 1994, qui établissait un droit de passage pour les personnes et les marchandises entre la Cisjordanie et Gaza.

Plus que jamais engagée au sein de la Campagne «  Un bateau français pour Gaza », l’Association France Palestine Solidarité a organisé hier un meeting pour soutenir l’affrètement d’un bateau battant pavillon français pour Gaza d’ici à fin juin. Cette initiative citoyenne et non-violente vise à pallier le manque de volonté politique manifeste de la communauté internationale pour obtenir la fin de ce blocus inique, illégal et inhumain. L’AFPS réitère expressément la demande adressée au gouvernement français de protéger ses ressortissants présents sur le bateau.

Animée par Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis, cette grande soirée, qui a fait salle comble, a été ponctuée par les interventions de différentes personnalités, parmi lesquelles :

  •  Monique Cerisier-ben Guiga, sénatrice PS
  •  Noël Mamère, député Europe Écologie Les Verts
  •  Etienne Pinte, député UMP
  •  Clémentine Autain, représentante de la FASE
  •  Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de Gauche
  •  Myriam Martin, porte-parole du NPA
  •  Paul Laurent, secrétaire national du PCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Des artistes du monde entier chantent la liberté pour les Palestiniens

Le divorce entre musulmans en constante augmentation en Malaisie