in

L’armée israélienne arrête un enfant palestinien de 11 ans, handicapé mental (vidéo)

Jusqu'à quelles extrémités d'une cruauté sans nom se compromettra gravement l'armée israélienne d'occupation ? 

Cette armée indigne, qui brise en mille morceaux le mythe de « l’armée la plus morale du monde » à chaque fois qu’elle piétine les droits sacrés de l’enfant, en l’occurrence ceux qui préservent l’intérêt supérieur des enfants palestiniens, a franchi un nouveau palier dans l’innommable en s’en prenant, avec la brutalité qui est sa marque de fabrique, à un jeune être des plus vulnérables : un enfant palestinien de 11 ans, handicapé mental.

Menotté, les yeux bandés, enfermé dans une jeep pendant 15 minutes interminables, le petit garçon souffrant de déficience cognitive et suspecté d’avoir jeté des pierres avec d’autres enfants sur la route principale du quartier de Jabel Johar à Hébron, a subi des sévices d’une inhumanité terrifiante qui mettrait pour moins que cela n’importe quel pays au ban des Nations. N'importe quel pays, hormis l’Etat criminel dirigé d’une main de fer par Netanyahou, le boucher de Gaza, qui pulvérise le droit international avec la même arrogance que quand il torpille le processus de paix.

Arrivé sur place, terriblement angoissé, le père du jeune garçon a réussi à convaincre des soldats mués en meute sauvage que son fils était incapable d’avoir fait ce dont on l’accusait en raison de son handicap sévère.

Cette prise facile pour des bourreaux d’enfants, qui n’hésitent pas à torturer psychologiquement et physiquement, mais aussi à jeter dans des geôles sordides l’innocence même, a été filmée dans la vidéo ci-dessous.

Attention, les images insoutenables de ce garçonnet terrorisé, alors qu’il est encerclé par ses tortionnaires en treillis israélien, lesquels demeurent sourds aux cris des habitants palestiniens qui tentent d’éveiller une once d’humanité en eux en leur indiquant sa déficience mentale, peuvent heurter les âmes sensibles.

Aux cris de protestation des Palestiniens, se sont mêlées les insultes racistes des colons israéliens de Kiryat Arba, riant et applaudissant, notamment des femmes, qui n’ont pas manqué une miette de cette agression barbare derrière la clôture de leur colonie, certains allant même jusqu’à encourager les soldats à redoubler de violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une américaine musulmane consacrée “championne du changement” par Washington

La députée palestinienne Hanin Zoabi refuse son exclusion de la Knesset