in

L’Algérie consacré 26ème pays le plus heureux de 2012

Un jaugeur de bonheur. L’indice Happy Planet Index (HIP) permet d'indiquer le degré de bonheur d'un pays. Crée en 2006 par un think tank britannique, la New Economics Foundation, il s’appuie sur trois critères essentiels pour faire ses calculs : l’espérance de vie moyenne, le respect de l’environnement accompagné de la perception subjective du bien-être par les habitants.

Un paradoxe surprenant. La réussite économique d'un pays ne rentre pas en compte dans les critères de calculs HIP. L'étude du Happy Planet Index tend même à montrer le contraire, puisque la République de Madagascar a été positionnée au- dessus de pays européens comme l'Autriche et la France. Pays développés ne va donc pas forcement de pair avec pays heureux.

Algérie, un pays où il fait bon vivre. Alors qu'en 2011, l'Algérie était classée en 96ème position, entre la Jordanie et le Sri Lanka, le pays d’Abdelaziz Bouteflika reprend le dessus pour cette année en entrant dans le top 30 des pays où il fait bon vivre sur un total de 151 pays étudiés par les Nations Unies. Doté d'une espérance de vie de 73 ans et d'une faible empreinte carbone, l'Algérie s'est vue attribuer la 26ème place du classement et consacrer pays  « le plus heureux » du continent africain.

Une bien belle première place pour une vision idyllique du paradis sur terre, qui ne manquera pas de stupéfier tous ceux qui ne connaissent que la face sombre de l'Algérie, à la fois pays de cocagne et de simulacres, où les raisons de se réjouir sont rares et celles de s'indigner légion, à mille lieues du pays des "bisounours" distingué par ce classement du bonheur. On notera par ailleurs la formidable percée de l'Algérie qui, en l'espace d'un an, et à l'approche du cinquantenaire de son Indépendance, fait un bond fulgurant en avant sur la voie de la félicité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Belgique : augmentation de convertis chez les femmes

Laïcs et islamistes en Syrie: un front uni