in

La Turquie, la Malaisie et le Pakistan à la tête de la renaissance musulmane

Lors de sa récente visite officielle de quatre jours à Ankara, le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad ne s’est pas contenté de resserrer les liens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Il a appelé avec force à l’avènement d’une « renaissance musulmane » avec la Turquie et le Pakistan, qui comptent parmi les pays fondateurs du groupe D-8 à majorité musulmane, afin de consolider les relations stratégiques et d’accroître des coopérations fructueuses dans un monde islamique, au fort potentiel, qui en a cruellement besoin.

« La Malaisie, la Turquie et le Pakistan doivent travailler main dans la main pour contribuer au développement économique de la Ummah et l’affranchir de son assujettissement à d’autres pays », a exhorté Mahathir Mohamad, au cours d’une conférence de presse marquante, démontrant un volontarisme politique qui a ravi les fins observateurs et autres experts musulmans qui y ont assisté.

Cet appel à insuffler un nouvel élan au groupe D-8, dont il est l’un des fers de lance, a été applaudi des deux mains par l’homme fort d’Ankara. Celui-ci lui a aussitôt fait écho en insistant sur la nécessité impérieuse pour le triumvirat qu’il forme avec ses homologues malaisien et pakistanais « d’unir leurs forces et de conjuguer leurs compétences », en vue de favoriser des synergies fédératrices et fécondes.

Publicité

Le même enthousiasme prévalait vendredi du côté pakistanais, le ministre des Affaires étrangères se félicitant de cette volonté commune de créer les conditions favorables de la « renaissance » de la galaxie islamique, dans le domaine économique, des sciences, de la haute technologie, de la Défense…

« Le monde islamique a besoin d’une renaissance », a martelé Huseyin Bagci, un spécialiste des relations internationales à l’Université technique du Moyen-Orient à Ankara. A ses yeux, si la Turquie, la Malaisie et le Pakistan prennent naturellement le leadership de cette redynamisation cruciale, c’est parce qu’ils se « distinguent dans le monde musulman », d’une part par « la stabilité politique et la bonne santé économique de leurs pays respectifs », et d’autre part par « leurs valeurs communes en matière de démocratie, de droits de l’homme et de presse libre ».

« Le nouveau mécanisme proposé par le Premier ministre malaisien peut même réunir des États afghans et asiatiques », a-t-il ajouté.

Plein d’espoir, le professeur Sami A. Al-Arian, directeur du Centre pour l’islam et les affaires mondiales à Istanbul, a qualifié la visite du Premier ministre malaisien « d’historique ».

Publicité

« Cette visite du Premier ministre Mahathir en Turquie pour rencontrer le président Erdogan est historique, car les deux dirigeants ont été maintes fois élus démocratiquement par leur peuple », a-t-il commenté, tout en faisant observer que cette rencontre décisive intervient au moment où les défis économiques et politiques, auxquels sont confrontés les deux gouvernements, sont de taille.

Ces défis sont « énormes à la lumière de l’incertitude économique mondiale imminente, ainsi que des changements géopolitiques à travers le Moyen-Orient en raison de la guerre commerciale américaine avec la Chine, et d’autres problèmes régionaux », a-t-il expliqué, avant de conclure son analyse : « Les sanctions américaines contre l’Iran et les dernières tensions avec la Turquie concernant le système de défense aérienne S-400 ont amené d’autres puissances régionales, telles que la Turquie et la Malaisie, à se rapprocher pour restructurer leurs relations afin de faire front commun face aux pressions extérieures exercées contre leur économie et leur sécurité ».

Publicité
Publicité

15 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Voilà trois dictatures qui s’unissent pour le pire !
    A l’initiative du führer Erdogan, cela rappelle une triste et sombre période du nazisme en 1939.
    A moins que ce soit pour créer un quelque chose qui ressemble à l’Union européenne , mais j’en doute.
    Cette alliance de façade est d’avance vouée à l’échec car comme toutes les unions dans le monde arabe, ça ne marche jamais.

  2. Effectivement,

    Les Pays musulmans ont bien raison de s’organiser…

    Peuvent-ils encore penser que la succession des guerres au proche, moyen orient et en Lybie soient la conséquence du fruit du hasard… Certains pensent à un genre de balkanisation…

    Pour préparer une démocratie forte il faut un Etat organisé…

    Il faut donc de l’ordre et des alliés… Ce pas vers l’autonomie sera espérons « pour » et « avec » eux le pas décisif vers plus de démocratie… Et un monde plus serein… Plein d’espoir et de promesses… Pour tous…

  3. Les islamophobes se déchainent sur les pays qu’ils connaissent peu ou prou juste pour satisfaire leur racisme morbide oubliant que notre pays est en proie à de graves difficultés :la liberté d’expression n’est qu’un leurre ,rappelons-nous ce qu’ont subi les gilets jaunes,rappelons -nous la répression terrible dont ils ont été victime,n’oublions pas non plus les éborgnés, les nombreux blessés,les gardes à vue arbitraires ,les grenades,les LBD, le matraquage,les prisons fermes .La presse est entre les mains d’une dizaine de milliardaires ,les médias véhiculent la pensée unique et vous font avaler des couleuvres et vous infantilisent.L’Europe nous dicte ses lois limitant gravement notre indépendance.D’autres pays nous imposent leur diktat sans hélas que nous puissions dire non.Alors de grâce,soyez humbles dans vos critiques et balayez devant vos portes; gardez votre lucidité au lieu de vous défouler à bon compte.

    • @ Aliazen
      ” la liberté d’expression n’est qu’un leurre ”
      Quelques éléments de votre réquisitoire sont exacts, mais le fait que vous puissiez l’écrire en France sans risquer la prison est déjà la preuve que la réalité n’est pas celle qui ressort de votre diatribe.

      Aucun journal n’a été fermé par l’état, aucun journaliste n’a jamais été emprisonné pour délit d’opinion. Je ne sais pas si vous lisez la presse française. Probablement pas, car vous auriez remarqué que le gouvernement se fait quotidiennement incendier dans la majorité des médias (ET de droite ET de gauche…) au point, selon le Canard enchaîné de cette semaine, de craindre l’élection de Le Pen en 2022. Hypothèse jugée peu crédible jusqu’à présent.

      Quant à la brutalité de la répression policière, incontestable, j’en dirai 2 choses.
      D’abord on a fait payer très/trop ? chèrement et trop aveuglément (sans mauvais jeu de mots !) aux Gilets Jaunes leur refus obstiné de désavouer la casse systématique effectuée par les Blacks Blocs, les GJ allant parfois jusqu’à les protéger de la police.

      Quand vous lirez la presse française (vous connaissez Google Actualités ? accès gratuit à des milliers de journaux de toutes les langues) vous remarquerez que le ministre Castaner, déjà fragilisé par sa gestion des GJ, fait péniblement face à l’assaut de critiques concernant l’affaire de Nantes.
      Et la justice commence à traiter les plaintes concernant les violences policières.

      Eh oui. En France, la justice peut faire condamner des policiers.
      Un conseil pour terminer : le sens de la nuance, ajouté à la qualité de l’information, est la base de la crédibilité.

      • @Misitgris ”Un conseil pour terminer : le sens de la nuance, ajouté à la qualité de l’information, est la base de la crédibilité.”
        Pour les journalistes je vous renvoie à N Shomsky . Vous allez en apprendre sur le traitement de l’information , pas besoin de google news.
        Comment la presse peut elle être libre quant le pouvoir politique soutient financièrement la presse écrite ? Certes exception faite du Canard ! .
        Dernier point les gilets jaunes ont eu une douzaine de mort et autant de blessé . Ils ont tenu une conférence de presse à Gennevilliers .Ils attendent que la justice leurs rendent leurs membres .
        Cordialement ,

        • @ tigrebengale
          Vous m’amenez à mettre de la nuance dans la nuance… Quelques précisions donc.
          Je me suis agacé des outrances d’Aliazen. Je ne vois pas pourquoi les violences policières inqualifiables en France devraient empêcher des Français de commenter l’absence de liberté de l’information dans un pays musulman.

          Je lis Noam Chomsky avec beaucoup d’intérêt et partage sa dénonciation du libéralisme débridé et de l’hypocrisie des gouvernements occidentaux.

          Il existe bien en France une presse d’opposition, sans complaisance. J’ai cité Google News car c’est un moyen facile pour accéder à des prises de positions extrêmement diversifiées sur les sujets importants. La grande presse mais aussi les blogs d’individus et d’associations qui ne sont pas au moins directement, “sous influence” politique ou financière.

          Quant aux gilets jaunes, je les ai rejetés dès qu’ils se sont associés aux black blocs, et que l’influence de l’extrême-droite a été perceptible. Il n’y a pas eu une dizaine de morts à cause des violences policières. Voir le checknews de Libé :
          https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/30/qui-sont-les-11-morts-du-mouvement-des-gilets-jaunes-mentionnes-par-emmanuel-macron_1706158

          Deux CRS se sont suicidés cette semaine, à Lille et à Rennes, ce qui porte à 46 le nombre de suicides dans la police et gendarmerie depuis le début de l’année. L’an dernier, sur les 12 mois, 35 suicides “seulement”. Des alertes avaient été lancées par des syndicats policiers sur le stress qui se développait dans la profession, notamment à cause des manifs des GJ.
          Je ne cite pas ces faits pour “justifier” des comportements répréhensibles, seulement pour les “expliquer”.
          Nuance !
          Cordialement.

  4. Ce qui confirme que la question des Ouïghours a été instrumentalisée et qu’on n’a jamais vraiment cherché à donner la parole à ceux qui vivaient là-bas et n’étaient pas a priori sélectionnés par les Etats et les médias publics et privés liés à eux sur des critères politiques en relation avec leurs différentes politiques de puissances. Du coup, selon Ankara, on est passé d’une « répression des musulmans » au « les musulmans de Chine vivent heureux », et les « camps de concentration » sont redevenus des « centres de formation ». Le Pakistan quant à lui renforce sa politique historique de coopération avec la Chine : https://www.youtube.com/watch?v=S74iBD-Ucbk&t=13s . Politique comparable désormais à celle de la Malaisie et de l’Iran. Mais même la Saoudie semble changer son fusil d’épaule au fur et à mesure de l’affaiblissement constatable des Etats-Unis. Comme souvent dans l’histoire, le discours public est à géométrie variable, et l’esprit libre doit se dégager des propagandes en noir ou blanc en faisant appel à son esprit critique et en recoupant les différentes sources d’information, y compris celles qui proviennent de ceux que l’on n’aime pas trop.

  5. La “bonne santé économique de la Turquie” ! C’est une plaisanterie, la Turquie est en décroissance… et encore… son économie dépend de beaucoup de ses échanges avec l’Europe.

    “leurs valeurs communes en matière de démocratie, de droits de l’homme et de presse libre” ! En Turquie ! Mais c’est une plaisanterie ! Combien de journalistes, d’intellectuels et d’opposants emprisonnés ?
    Tout cela est de très mauvais augure…

    • @Didier. Rien ne m’étonne ici pour nous vendre tous les bienfaits de « républiques » qui promeuvent bien entendu la « renaissance islamique ». Il faut donc bien dire que tout y est idyllique et que les droits de l’homme y sont bien mieux respectés qu’en Occident qui les as inventés en dépit des faits. C’est le principe de base : enjoliver la réalité.

  6. Turquie, Malaisie, Pakistan

    La Malaisie et le Pakistan ont voté à l’ONU, comme l’Algérie et l’ Arabie dite saoudite, pour le régime criminel chinois contre le peuple musulmans ouïghour.

    Les intérêts du croyant passe par le ciel, en contournant Pekin et la maison dite blanche.

    La chaleur humaine déforme l’islam comme la chaleur au désert qui déforme la lumière pour former un mirage.

    • Mais l’état algérien n’a jamais représenté les algériens, on le connait pas depuis pratiquement les années70 ils sont seuls dans leurs monde ils plient nos richesses pour les amener a leurs maitres, on est conscients de ce qu’ils font…

  7. « leurs valeurs communes en matière de démocratie, de droits de l’homme et de presse libre ».

    Le thuriféraire turc veut complaire à Erdogan mais se décrédibilise en plaçant son pays parmi ceux qui peuvent parler de « leurs valeurs communes en matière de démocratie, de droits de l’homme et de presse libre ». Selon Reporters sans Frontières (RSF), je cite :

    ” La chasse aux médias critiques menée par le gouvernement de Recep Tayyip Erdoğan culmine depuis la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Après la liquidation de dizaines de médias et le rachat du plus grand groupe de presse turc par une holding proche du pouvoir, l’étau se resserre sur tout ce qui reste de pluralisme : une poignée de titres harcelés et marginalisés. La Turquie est la plus grande prison du monde pour les professionnels des médias. Passer plus d’un an en détention avant d’être jugé est devenu la norme, et lorsque tombent les condamnations, elles peuvent aller jusqu’à la prison à vie incompressible… ”
    https://rsf.org/fr/turquie

    Par contre, en Malaisie selon RSF, depuis l’accession au pouvoir d’un nouveau gouvernement il y a juste un an, “Un vent de fraîcheur souffle en dépit d’un cadre législatif archaïque”. La presse d’opposition s’exprime librement mais reste prudente car à ce jour les lois liberticides n’ont pas été abolies.
    Quant à l’Afghanistan … un modèle à suivre ?

    Rappelons aussi que la démocratie implique la liberté religieuse, et qu’être libre c’est pouvoir entrer … mais aussi sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Algérie: le discours de la ministre de la Culture conspué par le public présent

Sénégal : Sadio Mané de retour au pays pour visiter le chantier d’une école qu’il a entièrement financé