in

“On nous traite comme des animaux” : dans les centres de détention turcs, les migrants victimes de graves violences

Brian, Mickaël et Aïcha ont été détenus dans les centres de détention turcs réservés à l’incarcération des migrants. Absence de soins, non accès à leurs droits et violences physiques de la part des gardiens : tous les trois décrivent des séjours en cellules très difficiles.

Le 23 juin 2021, un incendie se déclare dans le centre de rétention pour étrangers Harmandali d’Izmir, à l’ouest de la Turquie. Très vite, le feu se propage au cinquième étage de l’établissement, et les occupants sont évacués par les pompiers, sauf un. Ce demandeur d’asile syrien de 21 ans meurt dans les flammes. Les autorités, après une rapide enquête, concluent à un suicide. Mais les propos d’un membre du personnel employé dans ce centre, et recueillis par le journal turc SoL, laissent penser à une toute autre cause de la mort.

Publicité
Publicité
Publicité

D’après cette personne, à Harmandali, “presque tous les agents – hommes et femmes – sont racistes et anti-réfugiés”. Obtenir leur attention est si difficile que certains exilés vont jusqu’à se mutiler. “J’ai vu des jeunes réfugiés se casser le bras juste pour aller à l’hôpital”, affirme-t-il. Pour cette source anonyme, l’exemple le plus probant de ce mépris envers les migrants est certainement la réincarcération, seule dans une cellule, d’une femme ayant accouché quelques heures plus tôt à la clinique, son bébé devant rester en observation. Et ce, malgré son état de santé – l’exilée avait subi une césarienne – qui nécessitait des soins appropriés.

Selon l’ONG suisse Global Detention Project, les dérives constatées dans le centre Harmandali sont loin d’être isolées. Celles-ci sont même “révélatrices” de la situation qui prévaut “dans le système de détention turc, aggravée par le Covid-19”.

 

Si la Turquie fait partie des cinq pays du monde qui accueillent le plus d’exilés, elle possède aussi l’un des plus grands systèmes de détention liés à la migration. Plus de vingt structures dédiées émaillent son territoire, pour une capacité totale de près de 16 000 personnes, détaille Global Detention Project dans un rapport dédié à la détention des migrants dans le pays. La principale infrastructure de détention pour migrants dans le pays est appelée “removal center”. C’est dans ces centres que la plupart des exilés en situation irrégulière sont enfermés après une interception en mer ou une arrestation sur terre. Ils peuvent également être détenus dans des postes de police ou de gendarmerie.

Ce réseau a été élargi en 2016, année de l’accord controversé entre l’Union européenne (UE) et la Turquie sur la gestion des réfugiés. Depuis cette date, bien plus d’exilés se retrouvent derrière les barreaux.

Pain et riz “en très petites quantités”

C’est le cas notamment dans le centre d’Aydin, à une centaine de kilomètres au sud d’Izmir. En service depuis 2012, la structure d’une capacité de 564 places a été visitée en 2015 par une délégation européenne. D’après elle, à l’époque, les dortoirs étaient “en bon état, propres, bien aérés”, et “chacun avait sa propre annexe sanitaire avec toilettes, douches et lavabos”. L’établissement mettait également à la disposition des détenus, en cas de besoin, une infirmière.

Brian*, un migrant camerounais contacté par InfoMigrants, ne tient pas le même discours. Le jeune homme y a passé plusieurs jours, après une tentative ratée de traversée en mer Égée. D’après lui, les hommes dorment “dans une grande salle, à même le sol, avec des couvertures du HCR [le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU]. Les femmes, dans une salle de prière”. “On mange du pain matin, midi et soir, et du riz, en très petites quantités”, raconte-t-il aussi.

Dès leur arrivée, les exilés sont privés de téléphone portable. “S’ils se rendent compte que quelqu’un a gardé le sien, les gardiens le frappe avec leurs matraques”. Par ailleurs, Brian n’a “jamais vu ni entendu parler d’un médecin ou d’une infirmière” dans le centre. Pas de trace non plus de sanitaires jouxtant le dortoir. “On ne va pas aux toilettes quand on veut. Il faut demander la permission. Et les gardiens acceptent quand ça leur chante”.

C’est aussi après une interception en mer Égée que Mickaël*, centrafricain, a été incarcéré le 5 juin, lui, dans le centre de détention de Mugla, toujours au sud-ouest de la Turquie. “Je suis arrivé un dimanche, avec douze autres personnes qui étaient dans mon canot. Trois jours plus tard, le chef m’a convoqué dans son bureau, à peu à l’écart, dans un container”. L’homme lui demande alors d’écrire son nom et sa nationalité sur une feuille. “Il ne m’a pas cru, et a dit que c’était faux, raconte-t-il. Les cinq gardiens qui étaient là se sont mis à me frapper. J’ai reçu des coups de poing dans le ventre, certains ont commencé à m’étrangler, si bien que j’ai perdu connaissance”.

Publicité
Publicité
Publicité

Lire la suite sur InfoMigrants 

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Mohammed VI autorise l’implantation de bases militaires israéliennes au Maroc

Emmanuel Macron attendu en Algérie, avec défiance : le souvenir de la colonisation reste vif