in

La réforme du calendrier musulman

2. La stratégie des « meilleures pratiques » de la charia (2/5)
Obstacles à l’utilisation de la première observation effectuée où que ce soit sur Terre : 
Effets du décalage horaire entre les différents fuseaux : 
Une fois la première observation fiable annoncée où que ce soit dans le monde, il appartient aux autorités des différents pays de lui donner la plus large diffusion à travers les médias (TV, radios, médias sur internet…). Cependant, compte tenu de la multiplicité de fuseaux horaires associés aux différentes régions du globe terrestre, il est possible que l’annonce d’une observation effectuée au coucher du soleil dans une région donnée ne puisse être prise en compte dans d’autres régions où la nuit est déjà très avancée ou bien où le jour suivant a déjà pointé. De ce fait, d’après une proposition des experts en ce domaine, la Terre devra être divisée en deux grandes zones, dont l’une observera le premier jour du mois lunaire avec un décalage d’un jour par rapport à l’autre. On se souviendra, dans ce contexte, qu’Ilyas a pu tracer en 1984, au niveau du globe terrestre, une ligne de démarcation, ou ligne de date lunaire, à l’ouest de laquelle le croissant est visible le soir du nouveau mois, alors qu’il ne peut être vu à l’est de cette ligne que le soir suivant.
Annonces erronées faites de bonne foi par les autorités des différents pays musulmans : 
C’est le talon d’Achille de cette méthode. A titre d’illustration, d’après une étude de l’astronome saoudien Kordi publiée en 2003, sur 42 rapports d’observations de la nouvelle lune du Ramadan, annoncées par le Conseil supérieur de la magistrature d’Arabie saoudite (Majlis al-Qada ‘al-A’la) entre 1962 et 2001 (1381 H – 1422 H), plus de la moitié des observations avait été faite trop tôt, sur des bases erronées (telles que la confusion avec une étoile, une planète lumineuse comme Vénus, une traînée d’avion à l’horizon…).
De même, les autorités saoudiennes ont annoncé que la nouvelle lune de chawwal 1436 indiquant la fin du mois de ramadan avait été observée en Arabie Saoudite le soir du jeudi 16 juillet 2015. Pourtant, les observatoires astronomiques internationaux avaient indiqué longtemps à l’avance que cette nouvelle lune ne serait vue facilement qu’en Polynésie, et avec de grandes difficultés dans certaines zones du continent sud-américain, mais qu’elle ne serait visible nulle part ailleurs dans le monde, ce soir-là. L’annonce saoudienne était d’autant plus étonnante que la nouvelle lune n’était âgée que de quelques 14h, quand l’annonce de l’observation fut faite en Arabie Saoudite, et jamais une lune aussi jeune n’a été observée dans les annales astronomiques.
Cependant, d’après les statistiques du site spécialisé « moonsighting.com » , plus de 40 pays et communautés musulmanes à travers le monde ont célébré la fête de l’aid-el-fitr (1er chawwal 1436) sur la base de l’annonce saoudienne.
De telles erreurs dans l’observation de la nouvelle lune sont faites de bonne foi et sont également bien documentées pour ce qui concerne de nombreux pays arabes du Moyen Orient et d’Afrique du Nord, sur des durées de plusieurs décennies, comme en témoigne une étude de Karim Meziane et Nidhal Guessoum portant sur la période 1963-1994 en Algérie.
Sur 98 dates analysées par Meziane et Guessoum, il s’est avéré que, dans 14 cas, le mois avait été décrété par les autorités alors que la conjonction n’avait même pas encore eu lieu et/ou que la Lune s’était couchée avant le Soleil (l’observation du croissant était alors strictement impossible). Dans environ 50 % des cas, une des limites absolument établies a été violée. Dans 75 % des cas, les prédictions officielles étaient en contradiction avec les prédictions astronomiques.
Ces études démontrent que, malgré toutes les précautions qui peuvent être prises, il est difficile de s’assurer de la fiabilité d’une annonce faite par un pays tiers. C’est pour cette raison que chaque Etat continue, pour le moment, d’appliquer sa propre stratégie en la matière et ses propres méthodes pour déterminer le début des mois lunaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Une église de Belfast souillée par deux têtes de porc portant des slogans islamophobes

Des centaines de Britanniques dans la mosquée de Slough pour découvrir son exposition inédite sur l’islam