in

La double imposture

C’était couru d’avance. A l’issue d’un premier tour truqué, nous voilà sommés de faire barrage au “fascisme”. La boucle est bouclée. On vole sa victoire au peuple, on lui fait les poches, et maintenant on le traite d’ordure parce qu’il refuse de voter pour un maquereau. En contrôlant la presse, les milliardaires ont préempté le cerveau des électeurs. Le citoyen est conduit par la main, comme un enfant, vers l’urne où il déposera son bulletin “Macron”. On lui dit qu’il faut le faire pour sauver la République, et il le croit. Aucun risque, l’élection du gigolo est assurée. Mais cela ne suffit pas. Il faut encore s’acharner sur ceux qui résistent au décervelage.

C’est d’autant plus urgent que le mouflet est à la peine dès qu’on entre dans le vif du sujet. L’affaire Whirlpool, de ce point de vue, est une véritable leçon de choses. Voilà une entreprise qui va fermer parce que ses actionnaires ont décidé de la délocaliser dans un pays, la Pologne, où la main d’oeuvre est plus docile. C’est la “libre circulation des capitaux”, comme disent les traités européens. Les travailleurs sont mis en concurrence les uns avec les autres, et le capital se déplace là où les perspectives de profit sont les plus alléchantes. Porte-parole officiel de l’oligarchie, Jacques Attali a utilisé une belle formule. Cette affaire, a-t-il dit, est “anecdotique”. Le pire, c’est que ce margoulin a raison. Ce drame qui frappe 700 familles, hélas, c’est l’écume des jours, c’est la rubrique des chiens écrasés du capitalisme.

Décidé à faire son numéro, l’oligarque poudré se rend alors à Amiens. Et que dit-il aux ouvriers jetés à la porte comme des malpropres ? Que cette fermeture n’a rien à voir avec la mondialisation, que l’Etat n’y peut rien, et qu’il est venu pour parler du plan social. Dès qu’on passe aux choses sérieuses, l’idole des impubères qui s’époumone en salle de concert s’aplatit comme une crêpe devant les vrais patrons. Celui qui a vendu Alsthom aux Américains liquidera notre patrimoine industriel, il le mettra en pièces, méticuleusement, tout en éblouissant les gogos avec ses miroirs aux alouettes façon “start-up”. Macron, c’est un fossoyeur qui a seulement pris la précaution de se faire blanchir les dents.

Marine Le Pen ayant saisi l’occasion de cette visite pour lui tailler des croupières, le commis de l’oligarchie se trouve alors en difficulté. Vite, il faut inventer autre chose pour le faire rebondir. Heureusement, son équipe de com’ est à la manoeuvre, et elle a un coup de génie. Elle envoie le Don Juan, aussi sec, faire un “selfie” avec le clocher d’Oradour-sur-Glane, ce village français qui fut martyrisé par les nazis. Le message est d’une subtilité impressionnante. Qu’on se le dise ! Si vous ne votez pas pour le freluquet, c’est que vous êtes un copain des SS. “Non, pas ça, pas ça !” s’égosille en meeting le chouchou du Cac 40. Avec lui, “le fascisme ne passera pas” ! A défaut de résister aux multinationales, Macron aura au moins inventé une parodie d’antifascisme, la gueulante au micro tenant lieu d’acte de résistance, avec sa voix éraillée de post-adolescent qui se prend pour Radio-Londres.

Macron, rempart contre le “fascisme” ? On pourrait discuter de ce vocabulaire, mais si Le Pen c’est le fascisme, alors Macron c’est Von Papen. Que l’on sache, le Casanova de la finance est le serviteur attitré d’une oligarchie qui a sorti le FN de la naphtaline, l’a nourri au grain, et l’engraisse tous les jours en dévastant la société française. Même si elle en profite, ce n’est pas l’extrême-droite qui a mis les travailleurs en concurrence, détruit les emplois industriels et plié devant le diktat des marchés financiers. C’est cette même bourgeoisie, cramponnée à ses privilèges de classe, qui prétend aujourd’hui nous guérir d’un cancer dont elle est la cause. Qu’elle assume ses turpitudes !

Lorsqu’on nous conjure de combattre Le Pen en votant Macron, c’est comme si on prescrivait un remède dont on est sûr qu’il achèvera le malade, ou comme si on nommait un pédophile directeur d’école. Une imposture n’en chasse jamais une autre, surtout si elles se renvoient la balle. Il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que l’antifascisme de Macron n’est que du vent. Macron a besoin de Le Pen pour se faire élire, car il est minoritaire dans le pays. Le Pen a besoin de Macron pour occuper la fonction protestataire que le PS lui a offerte et que Mélenchon a failli lui ravir. Pour lutter contre l’extrême-droite, il faut aussi lutter contre Macron et ceux qui le soutiennent. Et si l’on veut purger la France du nationalisme identitaire, il faudra d’abord tordre le cou à l’oligarchie qui est son tas de fumier.

3 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le système démagogique de l’élection présidentielle au suffrage universel à deux tours, c’est un chantage permanent au vote dit utile, et donc un appel à remplacer un choix par un acte d’allégeance quasi-féodal. En Irlande, c’est l’électeur qui fait le choix lors d’un seul vote, dans l’ordre qu’il choisit lui-même, des candidats en faveur desquels il accepte de se prononcer. Rien ne l’empêche donc de mettre plusieurs “petits candidats” avant d’en placer un “gros” et aucun de ses choix n’est donc perdu. …Ce qui du coup fait que les “petits candidats” ne sont plus si petits et que les gros candidats ne sont plus si grands. Il n’y a donc pas là-bas de dictature du “vote utile”. En Suède, l’électeur a le droit de voter contre tous les candidats, ce qui force à renouveler totalement l’offre des partis politiques s’ils ont tous été refusés. Mais en France comme dans la plupart des “grandes démocraties” d’apparence, nous avons une monarchie présidentielle plébiscitaire qui permet aux candidats agréés par les plus forts, les plus riches, les plus puissants et les mieux financés de l’étranger de monopoliser les premières places, d’abord dans les médias achetés par les plus riches, puis dans le monde politique subalterne et surtout dans le monde des …”affaires” qui est aux affaies. Il faut donc renverser ce système inique et convoquer de nouveaux “états généraux” à partir de la base, dans les quartiers, dans les entreprises, dans les rues, dans les villages.

  2. Le Renard et les Raisins

    Certain Renard Gascon, d’autres disent Normand,
    Mourant presque de faim, vit au haut d’une treille
    Des Raisins mûrs apparemment,
    Et couverts d’une peau vermeille.
    Le galand en eût fait volontiers un repas ;
    Mais comme il n’y pouvait atteindre :
    “Ils sont trop verts, dit-il, et bons pour des goujats. ”
    Fit-il pas mieux que de se plaindre ?

    -Jean de LA FONTAINE (1621-1695)

    https://i.ytimg.com/vi/i6XG_DyzNHw/hqdefault.jpg

  3. Belle démonstration de ce que savent déjà ceux qui s’intéressent à la politique avec deux sous d’esprit critique. Attention à ne pas faire du Soral tout de même. Mais bon, une fois qu’on a bien compris à quel point cette élection est compromise par son non-choix démocratique, il faudra quand même choisir, et ne pas voter c’est encore choisir.

    On peut disserter sur cette oligarchie qui voudrait contrôler le monde à travers cette invention de la mondialisation, et la disparition à terme des identités nationales (la France n’a déjà plus de monnaie nationale ni de frontières souveraines), la vérité bien têtue de la politique française est que le FN est la seule constante de -toutes- les élections. Ce que l’on voit est une gauche et une droite en déliquescence, et l’extrême droite qui s’est normalisée. Cette normalisation via les urnes, on le sait, contiendra son lot de racisme et de violence institutionnelle. Le citoyen français se retrouve dans la situation du renard pris au piège, soit il attend son exécution soit il se tranche la patte avec ses propres dents. Dans tous les cas rien ne sera plus comme avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Prophète et la féminité

Ces stars d’Hollywood qui ont dénoncé l’islamophobie