in

La communauté musulmane britannique boycotte le programme anti-terroriste “Prevent”

Le torchon brûle entre le Conseil des mosquées de Waltham Forest, qui regroupe plus de 70 000 fidèles dans la banlieue de Londres, et le Conseil municipal du district favorable à l’application du programme très controversé « Prevent » visant à impliquer les musulmans dans la lutte contre la radicalisation, la communauté musulmane fustigeant l’une de ses dérives jugée en tout point inacceptable :  l’identification très précoce, pour ne pas dire dans les bacs à sable, et demain qui sait dans les pouponnières, des premiers signes de radicalisation chez les petits écoliers…

Se dressant contre cette motion « raciste » et outrancière approuvée lors de la session plénière du Conseil municipal, le Conseil des mosquées a créé un précédent retentissant en boycottant purement et simplement le programme gouvernemental anti-terroriste, refusant de se laisser entraîner dans ses méandres tortueux et répressifs à caractère islamophobe.

Si ses responsables ont loué la manière dont la police a traité la récente agression commise dans la station de métro de Leytonstone, dans l’est de Londres, au nom de la Syrie comme l’a crié l’auteur non musulman des faits, se félicitant du réconfort apporté aux citoyens musulmans et à l’ensemble de leurs compatriotes, ceux-ci désapprouvent en revanche les basses manœuvres politiciennes qui ont repris de plus belle, instillant la suspicion sur les britanniques de confession musulmane et le venin de la discorde.

"Le programme, lui-même, relève d’une politique mal conçue et viciée. Il est raciste et vise ouvertement les membres de la religion musulmane. Nous voyons ce projet comme un nouvel outil utilisé pour espionner, dénigrer la communauté musulmane, et provoquer la méfiance généralisée à son encontre. Nous n’avons aucune confiance dans le programme « Prevent »", se sont clairement désolidarisés les hauts dignitaires qui chapeautent le Conseil des mosquées de Walthan Forest, déterminés à ne pas fléchir et à ne faire aucun compromis.

Devant cette levée de boucliers, le Conseil municipal du district a infléchi jeudi sa position, retirant la motion qui fâche et s’interdisant de sombrer dans l’espionite aiguë des cours d’école pour débusquer quoi au juste ? Des « terroristes » en culottes courtes, voire en couches culottes…

Irfan Akhtar, un membre du conseil des mosquées, a salué pour sa part ce revirement politique dicté par la raison, tout en insistant pour maintenir le boycott coûte que coûte. "Prevent est une marque toxique", s’est-il exclamé, renchérissant avec opiniâtreté : "Nous luttons contre la mise en œuvre de Prevent et nous ne le laisserons pas pénétrer dans les mosquées pour faire son travail de sape. Nous sommes pleinement disposés à travailler en étroite collaboration avec tous les enseignants sur la protection des enfants de toutes confessions. Nous pensons que Waltham Forest est un terrain d'essai pour les programmes de prévention. Notre boycott appelle à éveiller les consciences sur le caractère nuisible que revêt le programme « Prevent » pour la communauté musulmane du Royaume-Uni." (traduction Oumma).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un musulman priant dans une église mormone fait le buzz

Meyer Habib, ou quand un député français confond l’Assemblée nationale et la Knesset