in

La colère de Jamel Debbouze face à l’exploitation de “l’affaire Merah”

Difficile d’avoir l’humeur potache à la lumière blafarde de la tragédie de Toulouse et de Montauban, impossible de se laisser aller à la boutade pour tourner en dérision ce qu’il est désormais convenu d’appeler "l’affaire Merah". Jamel Debbouze n’avait pas l’âme blagueuse quand il a donné libre cours à sa colère dans le journal belge Le Soir, face à la très prévisible récupération politicienne du drame qui a bouleversé la France.

Loin de ses habituelles facéties,  l’humoriste était plutôt dans le registre de la consternation : "C’est terrible ce qu’on est en train de faire avec cette histoire de Toulouse. Au lieu de dire que Mohamed Merah est un marginal, que son acte est un acte isolé, on lui donne une idéologie qu’il n’avait pas au départ, c’est certain".

Savoir raison garder n’est manifestement pas un précepte que suit à la lettre la classe politique, notamment Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy, la tentation de mettre l’islam au ban de la société étant trop forte à trois semaines de l’heure de vérité du premier tour de la présidentielle. "Là, on est en train de mettre dans la tête de jeunes qui ont le potentiel de Mohamed Merah de devenir des Mohamed Merah. Car, d’un coup, ce Mohamed Merah a défié le Raid tout entier", déplore Jamel Debbouzze.

Le dangereux phénomène d’adulation, lié à la double humiliation de la détresse sociale et de la stigmatisation permanente, est une vraie source d’inquiétude à ses yeux : "Pour certains imbéciles, il y a une espèce de fierté et ils en font une sorte de héros. C’est là où c’est grave, où c’est dangereux. La récupération est terrible ! Par Marine Le Pen, par exemple. Or, c’est con d’instrumentaliser un truc qui peut avoir des conséquences aussi dramatiques. Ils ne s’en rendent pas compte car ils ne connaissent pas la banlieue, ils ne savent pas dans quel marasme sont ces gens-là qui vivent des frustrations", s'est exclamé ce dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nicolas Dupont-Aignan : il faut “arrêter de dresser les Français les uns contre les autres”

Mohamed Merah. A voté!