in

Interdiction du voile au lycée français de Rabat

Le quotidien Manfakinch  évoque le cas de  Yasmina  une jeune étudiante marocaine en terminale. "Il y a 4 mois elle décide de porter le voile islamique ou hijab. Avec sa copine de classe elle s’inscrit au concours des classes préparatoires en économie (communément, prépas-HEC) au Lycée français Descartes de Rabat. Sa candidature ainsi que celle de son amie est acceptée sur dossier. Elle se met alors a préparer le concours qui lui ouvrira dans deux ans, pense t-elle, les portes des plus grandes écoles française. Qu’elle ne fut pas sa surprise d’apprendre, quelques jours seulement avant le concours (qui s’est tenu le mercredi 11 avril 2012) que son voile, à moins qu’elle n’y renonce, l’empêchera de passer l’épreuve."

Interrogée par Manfakinch, Yasmina a affirmé que  "C’est un sentiment de « chemta » (de s’être fait avoir) et « sedma » (je me sens choquée). Je ne comprends pas que l’on applique la loi française sur le sol d’un pays à priori islamique. La loi française devrait s’arrêter aux frontières de la France. Nous devrions être libres de porter le voile ou pas sur notre sol. Leurs lois « ikhelliwhoum 3and’houm » (qu’ils se les gardent)."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Paris : la police fait des heures sup’ pour Israël et Lufthansa (Vidéo)

Le vote musulman est un leurre