in ,

Images rares des funérailles en 1940 du grand réformiste Ben Badis

Images rares des funérailles du grand théologien Abdelhamid Ben Badis qui se déroulèrent en avril 1940, à Constantine, en présence de plus de 20 000 personnes. Figure majeure du mouvement réformiste musulman en Algérie, Ben Badis avait également fondé, en 1931, l’Association des oulémas musulmans algériens.

Publicité
Publicité
Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le berbérisme ne veut pas dire berbère, le premier utilise le second pour l’idéologie contre une autre idiologie. Les berbéristes c’est eux les racistes ils utilisent la race à des fins idéologiques. Si vous êtes intelligent vous comprendriez Mr l’arabe de service. Ben Badis est berbère mais il n’est pas berbériste. Retournez à l’école au lieu de dire des bêtises berbéristes. achita

  2. Quand à moi si je veux savoir je ne me permets pas d’accuser qui ce soit et encore moins de nommer telle ou telle personne juste pour rapporter tel ou tel ragot; Quand on veut savoir on évite de colporter des ragots.
    Qui est Nezzar, qui a tué Boudiaf, quelles ont été les accords consenties à Evian cette nuit-là, tu le sais toi?

  3. Loin de moi cette idée et encore moins d’en savoir d’avantage sur un savant(ouléma) et un sage à fortiori, mais force est de trouver bizarre qu’il ait pu un tant soi peu croire dans les bienfaits illusoires de la colonisation et au même moment rallier la révolution que quand elle fût bien entamée et arrivée à son terme.
    Pour autant je me garderai bien de « cracher » sur un homme et pire sur sa mémoire. Qui suis-je pour juger?
    Puisse Dieu Veiller sur son âme

  4. Je ne parle pas de la langue arabe, langue internationale.
    Je parle de la famille Al Saoud, famille minoritaire et qui tient l’Arabie par la force des armes, agent de père en grand père, maître dans le sionisme.
    Ils ne sont pas les seuls d’ailleurs.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Gaza stories: Moussa, un enfant muet de 8 ans, témoigne de l’horreur de l’agression israélienne

Tawfik Mathlouthi: « Les Tunisiens vomissent leur classe politique »