in ,

Guerre d’Algérie : Macron reconnaît la responsabilité de la France dans la mort en détention de Maurice Audin

Il ne faut pas y voir une forme de « repentance », mais plutôt une volonté politique de « réconcilier la vérité historique avec la vérité officielle ».

La décision du président Macron de reconnaître l’implication de la France dans la disparition tragique de Maurice Audin, un jeune mathématicien communiste arrêté le 11 juin 1957, à l’âge de 25 ans, alors que la bataille d’Alger faisait rage, et torturé à mort pour son militantisme en faveur de l’indépendance algérienne, est de nature « mémorielle », insiste-t-on dans les antichambres du pouvoir.

Une fin funeste sur laquelle a longtemps plané l’ombre des paras et du général Aussaresses, le tortionnaire de l’Algérie française, jusqu’à ce que ce dernier, au soir de son existence et à l’heure d’écrire ses mémoires tachées de sang, en 2002, se glorifie d’avoir donné l’ordre de le tuer.

En juin 2014, le président Hollande avait, pour la première fois, brisé l’omerta ambiante en révélant une vérité dérangeante : la mort dans les geôles françaises du supplicié Maurice Audin, sans toutefois divulguer les documents attestant ses dires.

Ce jeudi 14 septembre, à midi, le chef de l’Etat se rendra au domicile de la veuve du mathématicien pour lui remettre en mains propre une déclaration écrite, dans laquelle il est gravé dans le marbre que son mari a été « torturé à mort ou torturé puis exécuté » (le doute subsistant encore parmi les historiens sur le déroulement exact des faits).

Le président de la République a également annoncé avoir consenti à ouvrir les archives nationales sur les disparus de la Guerre d’Algérie. La lumière sera faite, enfin peut-on l’espérer, sur un sombre passé que l’Etat français et son armée ont longtemps enfoui afin de mieux l’enterrer, comme ce fut le cas pendant 60 ans, en battant en brèche la thèse de la mort en détention de Maurice Audin et en affirmant à ses proches incrédules qu’il « s’était évadé ».

Le texte de l’Élysée, qui sera rendu public après la rencontre avec Josette Audin, ne fera l’objet d’aucune déclaration. Composé de quatre pages, il s’articule autour de trois grands axes. En premier lieu, il s’attache à dénoncer le « système légalement institué » de l’« arrestation-détention », qui a été « mis en place à la faveur des pouvoirs spéciaux qui avaient été confiés par voie légale aux forces armées à cette période ».

Puis, il s’appuie sur le « symbole » désormais incarné par Maurice Audin pour «aller plus loin »: l’ouverture des archives nationales sur les disparus de la Guerre d’Algérie, lesquelles concernent à la fois les civils et les militaires, Français et Algériens. « Cette étape est un préalable dans nos discussions avec les autorités algériennes pour qu’elles ouvrent ensuite les leurs », précise un proche du chef de l’État, qui évoque un « travail commun » avec l’Algérie.

Selon un conseiller, le président va enfin lancer un appel aux témoignages, qui s’adressera notamment à ceux qui ne se sont jamais exprimés de peur d’être poursuivis (le général Aussaresses a par exemple été condamné pour «apologie de crimes de guerre» en 2002, huit mois après avoir publié un ouvrage justifiant ses crimes et les tortures durant le conflit). Le chef de l’État va également inviter les militaires qui auraient emporté des archives avec eux à les remettre aux mains des archives nationales.

L’entourage d’Emmanuel Macron souligne, pour sa part, que ce « texte rend aussi honneur à l’écrasante majorité des militaires français qui n’ont ni souscrit ni pratiqué la torture», et contribue à les sortir du piège d’un « amalgame ignoble ».

13 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il faudra bien un jour faire la lumière sur la guerre d’algerie, a chacun ses torts et la on pourra avancer et tourner la page , comme disait mon père je me suis battu pour l’indépendance de Algérie pas contre les Français mais contre les colons et tortionnaire.Il faudra définir le rôle des USA auprès du FLN si il y a eu une guerre merci la CIA . Quand à vous Mr Leroy des centaines de milliers d’algerien Se sont battus pour la France des 1856 en Crimée,1860 Italie , 1862 Mexique , 1870 contre les prussiens (bataille de Wissenburg 8000 Algeriens devant 90000 prussiens) première guerre Mondiale 1914/1918 ,deuxième guerre Mondiale 1940/1945 sans oublier la résistance voir Résistants Oubliés Glenat , Indochine , et Guerre d’Algerie 1954/1962.

    Voilà Mr Leroy malgré cela il n’avait pas le droit d’etre Français , le décret Cremieux était accordé aux Juifs D’Algerie et tout les autres européens venant s’installer en Algérie mais eux non .Eux c’était des sous hommes, des Indigènes avec tous ces ingrédients la seule solution c’était la révolution.
    Quand aux excès tout le monde avait mis sa partition mais devant tant de mépris pour cette population on connaît la suite de l’histoire.

    Cordialement

    Kamel

      • Normal avec les centaines de milliers d’algériens morts pour la France de 1830 à 1962 c’est La moindre des choses.Vous voyez on a caché aux Français même leurs implications dans la résistance Française et Dieu sait que j’ai remuer ciel et terre pour faire cette BD résistants oubliés chez Glenat .
        La seule chose où je serai d’accord c’est d’accorder La Nationalité Algerienne aux rapatriés d’Algerie pour que leurs enfants si demain ils souhaiteraient s’installer en Algérie ils puissent le faire !

        Kamel

  2. Ni pardon ni oublié.
    @leroy
    FNL étaient des résistants face à une occupation armé et tortionnaire.
    A ce époque la France a oublié les droits de l’homme

  3. Bon courage et bravo à la persévérance de la famille Audin qui a fini par « gagner ».
    Merci au Président d’ouvrir les archives nationales sur les disparus de la Guerre d’Algérie. Il est grand temps…
    Il est bien évident que certains membres de l’armée officielle française se sont permis de commettre de nombreuses exactions qui n’ont pas leur place parmi le corps militaire et qui se sont placés hors position et contreviennent à la Convention de Genève ratifiée par la France.
    D’une manière générale, les actions “civilisatrices” de la France ont tué au moins trois millions et demi d’Algériens entre 1830 et 1962. Ces millions d’Algériens massacrés par la France coloniale ne méritent-ils pas des excuses et la reconnaissance de sa responsabilité par la France ?
    À ce décompte macabre, il faut également ajouter les 40 000 morts des massacres de Sétif, Guelma et Kherrata (dans le Constantinois), du 8 mai 1945, le jour même où le reste du monde célébrait la victoire sur le nazisme… Sans oublier, les essais nucléaires français au Sahara occidental dont les effets des radiations sont encore visibles aujourd’hui sur les populations locales…
    La France ne s’honorerait-elle pas à franchir le seuil psychologique qu’est la reconnaissance de sa responsabilité dans les horribles massacres d’Algériens ?
    Tandis que nous n’avons eu sur le tard que quelques mots de compassion pour nos concitoyens qui lui ont prêté main forte contre le nazisme (sans oublier tous les nords-africains et les africains sub saharariens dont nos amis Sénégalais). Malgré les opérations commando, les actions souvent héroïques de nombre de nos aïeuls et les livrets militaires…
    La France aurait-elle des sentiments de culpabilité à géographie variable ?

  4. Oui je sais, mais je souhaite juste faire une exception si vous me le permettez, je ne connais pas dans les contemporains, famille plus honorable ni plus digne de respect
    .ذرية بعضها من بعض…
    Pour comprendre ce que cette décision de Macron répare, il faut se souvenir qu’en 2007, Madame Josette Audin avait écrit une lettre ouverte poignante au président Sarkozy et qu’il n’avait même pas daigné lui répondre.
    Et comme les aigles ne mettent pas au monde des dindes…, deux ans plus tard le 11 Janvier 2009, sa fille Michèle avait refusé avec panache et dignité … sa légion d’honneur. Rappelant ce faisant en fille de bonne famille et en beaucoup moins grivois, le geste de Marcel Aymé « Et je les ai priés qu’ils voulussent bien leur légion d’honneur se la carrer dans le train »
    Début de citation
    « La fille du mathématicien Maurice Audin, disparu à Alger en 1957, a annoncé avoir refusé la Légion d’honneur dans un courrier au président de la République Nicolas Sarkozy. Michèle Audin, elle-même professeur de mathématiques à l’université de Strasbourg et récompensée au titre de ses recherches, estime cette distinction “incompatible” avec un courrier de sa mère restée sans réponse, qui demandait au chef de l’Etat de “contribuer à faire la vérité sur la disparition” de Maurice Audin. Le mathématicien, membre du parti communiste algérien, avait disparu à Alger après avoir été arrêté par des militaires français en 1957.
    “A ce jour, vous n’avez pas donné suite à cette demande. Vous n’avez d’ailleurs même pas répondu à cette lettre. Vous me voyez donc au regret de vous informer que je ne souhaite pas recevoir cette décoration”, écrit la mathématicienne dans un lettre, datée du 1er janvier, et rendue publique le lendemain par le site d’informations en ligne Mediapart.
    Contactée par l’AFP, Mme Audin a estimé “à la limite méprisante” l’attitude du chef de l’Etat et rappelé l’importance de la lettre ouverte envoyée par sa mère au président en 2007, cinquante ans après la disparition de son mari, qui demandait à Nicolas Sarkozy de mettre fin à “la dissimulation honteuse”. “Le 11 juin 1957, des parachutistes de l’armée française ont fait irruption et ont emmené mon mari. Depuis cette date, je ne l’ai jamais revu”, avait écrit Josette Audin, en ajoutant que pour elle, “il reste entre la vie et la mort qui ne lui a jamais été signifiée”. Dans sa lettre ouverte au chef de l’Etat, elle lui avait demandé, non pas “un procès des tortionnaires de son mari”, mais “simplement de reconnaître les faits”. »
    Fin de citation

    • @Cémwé

      Les exactions en lien avec la guerre d’Algérie demeurent assez mal documentées en France. Au moment où elles se sont produites, seuls le observations directes pouvaient en attester, comme le nombre hallucinant de cadavres flottant sur les eaux du Canal St Martin. J’ai également discuté à multes reprises avec d’anciens militaires du Contingent, et ce qu’ils rapportaient faisait froid dans le dos. Mais la presse n’a jamais évoqué ces horreurs qu’à mots couverts, avec un propos très “généraliste”, qui reconnaissait des “bavures”, sans entrer dans les détails.Mais on n’a pas trop évoqué non plus les exactions des alliés en Allemagne, celles des Russes, en particulier. Je n’étais au courant que parce que mon père en avait été témoin. (prisonnier en Allemagne de l’Est, trois fois évadé, mais trois fois repris).
      A ce propos, la légende de la Libération ne rappelle pas souvent les bombardements inutiles qui avaient détruit Caen et Le Havre. ….Et ma grand mère paternelle.
      D’une manière générale, je ne pense pas que l’humanité soit consciente des horreurs de la guerre. Ca tient aussi au fait que ceux qui les ont vécues ne racontent pas grand chose, et surtout pas les crimes qu’ils ont commis.

  5. Il faudrait une remise à plat de tous les problèmes car les “méchants” n’étaient pas que d’un côté et le FLN combattait avec une sauvagerie (envers les civils européens ou algériens) qu’on retrouvera beaucoup plus tard durant la guerre civile algérienne des années 1990.
    Le tort de la France est d’avoir négocié l’indépendance avec le seul FLN, alors qu’il y avait d’autres forces.
    En tout cas la France et l’Allemagne ont fait la paix depuis longtemps. Remuer constamment la guerre d’Algérie doit avoir pour but de masquer l’incurie du pouvoir algérien actuel.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Melouza

    • @Leroy

      L’évocation des crimes nazis n’a rien de répréhensible. Elle est même plus nécessaire que jamais depuis le grand retour de l’AFD. Idem en Italie, où certains membres du gouvernement se réclament de Mussolini. C’est aussi à porter au profit d’un pays démocratique que l’aveu des exactions commises par lui. Erdogan, par exemple, refuse de reconnaître le génocide arménien, ou la Chine, celui du Tibet. A part ça, il est exact que le FLN aussi a commis des atrocités, tout comme les résistants français ou les troupes alliées à la Libération. Il ne s’agit pas de choisir, mais de reconnaître la vérité historique en espérant que les massacres seront moins monstrueux la prochaine fois.
      Ceci dit, on ferait sans doute mieux d’empêcher les génocides qui ont lieu en ce moment, mais l’un n’empêche pas l’autre.
      Enfin, je note le fait que, quand on cache les choses, les mêmes personnes nous en remettent une couche. Exemple: Papon, ancien criminel de guerre, qui a remis le couvert durant la guerre d’Algérie. …Ou Klaus Barbie, qui a continué à torturer en Amérique du Sud, sous les applaudissements de la CIA. Il serait instructif de savoir ce qu’on fait les assassins de Maurice Audin après ce meurtre. C’est bien de pardonner et d’oublier, mais c’est quand même risqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J. Lang: “Les mathématiques sont venues vers nous grâce à la langue arabe”

Mamoudou Gassama est officiellement français